Trouver des documents scientifiques en allemand dans les moteurs de recherche

La recherche dans une bibliographie est une recherche dans un système clairement délimité; les sources interrogées sont détaillées. La liste de résultats est homogène : on obtient des notices bibliographiques de travaux scientifiques. Un contrôle de qualité est assuré.

L'interrogation d'un moteur de recherche est une requête dans un système non-délimité. Les résultats sont très hétérogènes, allant de simples références bibliographiques à l'accès intégral au plein texte (ou aux documents multimédia), il n'y a pas de contrôle de qualité.

Les informations scientifiques accessibles via Internet  se trouvent :

  • sur des pages Internet «classiques»
  • sur des serveurs de documents «open access» mis en place par les universités et instituts de recherche
  • sur des serveurs de bibliothèques qui rétronumérisent leur fonds
  • sur des serveurs de maisons d'édition
  • dans des bases de données de fournisseurs commerciaux.

Tandis que les pages Internet «classiques» sont indexées par les moteurs de recherche généralistes, les autres données appartiennent majoritairement au «web profond», beaucoup moins accessible, ce qui est dû à des limites techniques ou à des barrières commerciales.

Voici trois moteurs de recherche qui indexent des parties du «web profond» scientifique :

Googles books

URL http://books.google.de
Sources Des livres et revues numérisés en collaboration avec des bibliothèques universitaires et en partenariat avec des éditeurs.((1))
Intégration de documents en allemand Le nombre de livres en allemand qui sont intégralement consultables en ligne sur google books est déjà considérable, mais impossible à quantifier exactement. Les bibliothèques partenaires germanophones de google books sont

  • depuis 2007 la Bayerische Staatsbibliothek München qui a démarré le projet de numériser un million de livres du domaine public en partenariat avec google((2))
  • et depuis 2010 la Österreichische Nationalbibliothek qui a annoncé la numérisation en partenariat avec google de l'ensemble de leur fonds historique du 16e au 19e siècle((3))

 

Accès aux documents / données Les livres et revues anciens sont en accès intégral du moment où le document est libre de droit ou en accès aperçu((4)) pour les livres actuels et soumis aux droits d'auteurs.

 

http://books.google.at/googlebooks/library.html

Quelques livres qui de toute évidence du domaine public peuvent pour des raisons obscures être accessibles seulement aux utilisateurs états-uniens. Pour y remédier, on peut techniquement faire croire à google que l'on est un utilisateur localisé aux États-Unis en utilisant un serveur proxy US. La procédure à suivre est expliquée sur le site wikisource.


Fonctionnalités de recherche Pour ne pas utiliser l'unique champs de recherche google, on peut passer par la recherche avancée:http://books.google.de/advanced_book_searchou cibler des champs précis

  • titre : intitle:terme recherché
  • auteur : inauthor:terme recherché
  • maison d'édition : inpublisher:terme recherché

 

et ajouter le filtre par années de publication :

  • date:1800-1900

 

Fonctionnalités d'affichage et de téléchargement
 

 

L'affichage des pages du livre (du moment où il est consultable dans son intégralité) peut s'effectuer en page seule, double page ou en miniatures de pages ce qui permet de survoler assez rapidement le livre entier.

 

 

 

Le téléchargement des livres entièrement libres de droit se fait sous format pdf et parfois aussi au choix sous format epub pour les liseuses et tablettes numériques.

Une fonctionnalité intéressante dans google books est le lien vers google traduction, accessible via le bouton sous forme de ciseaux. Après avoir cliqué sur ce bouton, on peut marquer un extrait du texte. Google transforme ensuite l'image du scan du livre en texte et propose un lien vers google traduction où on peut choisir une traduction automatique en une soixantaine de langues.

 

 

 

 

D'ailleurs lors de cette étape où on peut observer la précision de la reconnaissance automatique du texte dans les documents scannés, on constatera un problème particulier pour les textes en allemand imprimés en écriture gothique (Frakturschrift). La reconnaissance automatique du texte est nettement moins fiable, même si des rendus catastrophiques tels que évoqués sur wikisource deviennent plutôt rares.

 

Récupération de métadonnées Pour les livres : zotero, formats BibTex, Endnote, QR Code

 

Pour les revues et magazines, les métadonnées sont plus problématiques: tout document de google books est par exemple récupéré dans zotero comme type de document « livre ».((5))

Pour plus d'informations

 

 Google scholar

URL http://scholar.google.de/
Sources On trouve dans google scholar des données de natures très différentes : des simples références bibliographiques, des documents avec accès au plein texte et des indications de citations de travaux. Google scholar se veut un moteur de recherche qui présente dans ses résultats affichés exclusivement des documents « scientifique » (sans donner de définition de la notion « scientifiques » et sans donner une liste exhaustive des ressources interrogées). Visiblement, google scholar donne accès à des documents provenant du dit « web invisible », c'est-à-dire le contenu de serveurs open-access et de bases de données commerciaux de fournisseurs de données avec lesquels google travaille en partenariat. L'internaute peut donc effectuer des recherches sur ces documents indexés en plein texte sans pour autant pouvoir accéder effectivement à l'intégralité du document du moment où il ne peut pas bénéficier d'une licence d'accès.Outre la gratuité et l'interdisciplinarité du moteur de recherche google scholar, c'est sans doute l'extraction automatique des relations de citations entre les différents textes qui fait tout son intérêt.
Intégration de documents en allemand Sans informations sur les sources indexées, il est impossible d'estimer le degré de représentativité de documents en allemand dans google scholar. René König et Michael Nentwich soulignent dans leur rapport datant de 2010 « eine gute Abdeckung von Open-Access-Publikationen » y compris donc pour les serveurs de documents germanophones.((6))

   
Pour tester la représentativité de documents en allemand pour sa propre requête de recherche, on peut cliquer en haut à droite de l'écran de google scholar sur «paramètres» ou «Einstellungen» et choisir ensuite dans le menu à gauche «Langues» et limiter ses résultats de recherche aux documents en allemand.  

 

 

Accès aux documents / données et téléchargement L'accès au plein texte si celui-ci est disponible gratuitement se fait en un clic sur le lien proposé.

 

Lien vers le catalogue des bibliothèques pour les livres. On peut choisir sa bibliothèque dans les paramètres de google scholar si la bibliothèque est dans la liste des institutions qui proposent ce service de resolveur de liens.

Sur le même principe, google scholar peut proposer un lien vers le système local pour les articles provenant de ressources payantes; les bibliothèques allemandes passent pour cela par la Elektronische Zeitschriftenbibliothek.

Fonctionnalités de recherche
 

La recherche avancée est accessible via le petit triangle à droite du champs de recherche de google scholar.

Récupération de métadonnées Zotero, BibTex, EndNote, RefWorks, RefMan
Pour plus d'informations

 

BASE - Bielefeld Academic Search Engine

URL http://www.base-search.net
Sources BASE est un moteur de recherche qui interroge des ressources scientifiques mises à disposition par des universités et institutions de recherche du monde entier. L'interrogation des serveurs de données se fait via le protocole OAI-PMH, spécialement conçu pour les documents en libre accès. Or, les établissements diffusent, via les canaux OAI-PMH, de plus en plus d'informations provenant également de sources payantes. Le moteur de recherche BASE livre donc des résultats assez hétérogènes des articles accessibles en plein texte, en libre accès ou payants, de simples références bibliographiques, des fichiers audio, vidéo ou des liens vers des sites Internet.La liste des sources interrogées est toujours consultable

Il s'agit d'une liste de serveurs de documents ce qui donne l'information des pays d'hébergement des données, mais pas d'indication sur la langue des documents. Remarquez que BASE ne donne pas seulement la liste exhaustive des ressources interrogées, mais propose en plus un abonnement RSS pour chacune d'entre elles.

Intégration de documents en allemand
 Pour avoir une idée concernant la répartition des langues des documents, on peut filtrer dans l'interface de recherche avancée chaque recherche thématique effectuée par langue.

 

Accès aux documents Selon BASE 70-80% des documents référencés dans BASE sont en accès libre pour le plein texte, 20-30% sont des références sans accès au plein texte.
Fonctionnalités de recherche Pour l'instant, BASE indexe (et rend ainsi interrogeable) seulement les métadonnées des documents.((7)) C'est la grande différence (et le bémol) par rapport aux autres moteurs de recherche présentés dans ce billet.Il n'en reste pas moins que la recherche avancée de BASE est très performante. On peut interroger les champs :

  • titre
  • auteur
  • mot clé
  • maison d'édition

et filtrer par

  • pays du serveur de documents
  • année de parution
  • type de documents
  • langue du document

 

Un véritable apport pour la recherche consiste en la possibilité de recherche par navigation qui est proposée dans BASE en s'appuyant sur la classification décimale Dewey DDC((8)). La classification décimale étant toujours un bon moyen de recherche thématique qui dépasse la langue du document. Dans le même esprit, BASE intègre des outils linguistiques dans la recherche avancée qui permettent d'avoir recours à un thésaurus multilingue pour élargir la recherche au delà de la langue du terme de recherche qu'on vient de saisir :

 

   
Une recherche avec le terme «Suchmaschine» donne ici 321 résultats et des documents en allemand et en anglais (grâce aux mots clés qui ont dû être ajoutés dans les métadonnées des notices bibliographiques).  En choisissant l'option «Multilinguale Synonyme» dans la catégorie «Linguistic tools», le nombre de résultats s'élève à 422 grâce à la traduction automatique du terme de recherche dans d'autres langues par le moteur BASE. La liste des résultats comporte ainsi, pour cet exemple, des documents en allemand, anglais, néerlandais, polonais, finnois et en slovène.

 

A souligner aussi la possibilité de se servir d'une requête exécutée dans le moteur de recherche BASE pour enrichir sa veille scientifique par abonnement RSS.

 

 

Fonctionnalités d'affichage et de téléchargement BASE affiche une liste de résultats avec des notices bibliographiques ; l'accès au texte se fait cependant sur la page du serveur où est hébergé le document.

 
L'information concernant les possibilités d'accès au document plein texte n'est pas clairement spécifiée dans la notice de BASE.

 

BASE propose la création de comptes personnalisés qui permettent de marquer des notices bibliographiques dans ses favoris et d'enregistrer des requêtes effectuées pour y avoir recours à nouveau ultérieurement (voir les explications dans le texte Hilfe).

 

Récupération de métadonnées Surtout zotero (récupération de listes et de notices isolées), d'autres formats pour la récupération de notices une à une (RefWorks, EndNote, BibTex, MARC, RDF)
Pour plus d'informations  http://www.base-search.net/about/de/about_publications.php?menu=2

 

 Autres moteurs de recherche

Open Access

http://oaister.worldcat.org/

http://en.scientificcommons.org/

 

Un métamoteur de recherche allemand

http://www.metager2.de/

 

Un moteur de recherche pour la presse

http://www.paperball.de/

 

Plus d'informations

Ceynowa, Klaus (2008): Eine Million Bücher der Bayerischen Staatsbibliothek online In: BibliotheksMagazin. Mitteilungen aus den Staatsbibliotheken in Berlin und München, Ausgabe 1, 2008, S. 4–8, http://www.bsb-muenchen.de/fileadmin/imageswww/pdf-dateien/bibliotheksmagazin/BM2008-1.pdf
Pieper, Dirk und Wolf, Sebastian (2007): BASE – Eine Suchmaschine für OAI-Quellen und wissenschaftliche Webseiten In: Information, Wissenschaft & Praxis (IWP), Band 58, Ausgabe 3, 2007, S. 179–182, http://base.ub.uni-bielefeld.de/download/base_iwp200703.pdf
Griesbaum, Joachim, Bekavac, Bernard und Rittberger, Marc (2009): Typologie der Suchdienste im Internet, Akademische Verlagsgesellschaft AKA, 2009, http://hdl.handle.net/10760/12711.
König, René und Nentwich, Michael (2010): Google, Google Scholar und Google Books in der Wissenschaft. Steckbrief III im Rahmen des Projekts Interactive Science, Wien, Institut für Technikfolgen-Abschätzung, 2010, http://epub.oeaw.ac.at/ita/ita-projektberichte/d2-2a52-3.pdf.
Lösch, Mathias (2011): Automatische Sacherschließung elektronischer Dokumente nach DDC, 2011, http://www.vdb-online.org/veranstaltungen/543/7_loesch.pdf.
Mayer, Martin (2007): Geschichte elektronisch. Einführung in die elektronischen Hilfsmittel für das Studium der Geschichte an der Universität Freiburg im Breisgau, Freiburg, Universitätsbibliothek Freiburg, 2007, http://www.freidok.uni-freiburg.de/volltexte/205/.
Mayr, Philipp und Walter, Anne-Kathrin (2006): Google Scholar – wie tief gräbt diese Suchmaschine? (How deep does Google Scholar dig?), 2006, abgerufen am 31.05.2012, http://eprints.rclis.org/handle/10760/8138#.T8cjb1LYRS8.
Mayr, Philipp und Walter, Anne-Kathrin (2007): An exploratory study of Google Scholar, 2007, http://arxiv.org/abs/0707.3575.
Pieper, Dirk und Wolf, Sebastian (2009): Wissenschaftliche Dokumente in Suchmaschinen, Akademische Verlagsgesellschaft AKA, 2009, http://hdl.handle.net/10760/12746.

 

 

  1. Pour la discussion concernant les questions de droits voir chapitre 4.4.2 Einfluss auf Verlage und AutorInnen dans: König, René und Nentwich, Michael (2010): Google, Google Scholar und Google Books in der Wissenschaft. Steckbrief III im Rahmen des Projekts Interactive Science., Wien, Institut für Technikfolgen-Abschätzung, 2010, http://epub.oeaw.ac.at/ita/ita-projektberichte/d2-2a52-3.pdf. []
  2. Ceynowa, Klaus (2008): Eine Million Bücher der Bayerischen Staatsbibliothek online In: BibliotheksMagazin. Mitteilungen aus den Staatsbibliotheken in Berlin und München, Ausgabe 1, 2008, S. 4–8. http://www.bsb-muenchen.de/fileadmin/imageswww/pdf-dateien/bibliotheksmagazin/BM2008-1.pdf []
  3. http://www.onb.ac.at/ev/austrianbooksonline/faq.htm []
  4. Klaus Graf explique sur son blog Archivialia une technique pour élargir au besoin l'extrait de texte proposé par google : http://archiv.twoday.net/stories/5818683/ []
  5. Voir sur ce sujet : Mayer, Martin (2007): Geschichte elektronisch. Einführung in die elektronischen Hilfsmittel für das Studium der Geschichte an der Universität Freiburg im Breisgau, Freiburg, Universitätsbibliothek Freiburg, 2007, http://www.freidok.uni-freiburg.de/volltexte/205/ []
  6. König, René und Nentwich, Michael (2010): Google, Google Scholar und Google Books in der Wissenschaft. Steckbrief III im Rahmen des Projekts Interactive Science., Wien, Institut für Technikfolgen-Abschätzung, 2010, p. 27. http://epub.oeaw.ac.at/ita/ita-projektberichte/d2-2a52-3.pdf []
  7. voir : http://www.base-search.net/about/de/faq.php#metadaten []
  8. voir: http://fr.wikipedia.org/wiki/Classification_d%C3%A9cimale_de_Dewey []

Annette Schläfer

Annette Schläfer est documentaliste et webmaster au CIERA.

More Posts

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Une réflexion au sujet de « Trouver des documents scientifiques en allemand dans les moteurs de recherche »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">