Etudier des enquêtes quantitatives en Allemagne. L’exemple du Mikrozensus et du German Socio-Economic Panel

Découvertes, questionnements, arbitrages

par Anne Unterreiner

Sujet de recherche : Les enfants de couples mixtes en France, en Allemagne et au Royaume-Uni

Dans le cadre de la recherche de thèse((1)) que j’ai effectuée sur les enfants de couples mixtes résidant en France, en Allemagne et au Royaume-Uni, j’ai été amenée à mener plusieurs séjours de recherche en Allemagne. L’objectif la comparaison internationale sur laquelle repose la thèse est de répondre à la question de l’articulation entre liens sociaux et identité nationale à travers une étude de cas spécifique. L’enfant de couple mixte, défini comme un individu ayant des parents nés dans des pays différents, peut disposer d’une socialisation plurielle et s’identifier à différentes nations. Il nous permet donc d’analyser comment l’individu se définit nationalement.

Toute identification à une nation peut se faire au nom d’un lien politique, ethnique, culturel ou affectif. Les modalités d’identification nationale sont-elles influencées par le cadre national de résidence ? Une comparaison entre pays comparables mais présentant une histoire migratoire, une conception du Nous national et des politiques d’intégration passées différentes – la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni, a permis de répondre à cette question.

Questions méthodologiques : Articuler méthodes quantitatives et qualitatives dans le cadre d’une comparaison internationale

Les méthodes quantitatives et qualitatives ont été mobilisées. Les « discours identitaires », c’est-à-dire les discours sur eux-mêmes d’une centaine d’enfants de couples mixtes rencontrés dans ces trois pays ainsi que l’analyse de leurs performances scolaires et de leur intégration sur le marché du travail grâce aux méthodes quantitatives mettent en évidence toute la complexité des rapports entre contextes nationaux et liens sociaux dans la construction de l’identité nationale.

L’emploi de ces deux méthodes nécessitait que j’effectue plusieurs séjours de recherche en Allemagne. En effet, le « Mikrozensus » (MK) est une base de données qui n’est diffusées qu’aux chercheurs implantés en Allemagne. Il ne m’était possible de l’étudier qu’en étant acceptée en tant que chercheur invitée dans un Institut de Recherche. Et j’ai eu cette opportunité à deux reprises au GESIS (Mannheim), le premier séjour (automne 2009) ayant été financé grâce à l’aide à la mobilité du CIERA.

Parcours de recherche : L’analyse secondaire de données quantitatives allemandes

Le Mikrozensus, la Labour Force Survey allemande

Présentation du Mikrozensus

Le Mikrozensus est une enquête effectuée depuis 1957 en RFA, puis en Allemagne réunifiée. Etant donné que le questionnaire du Mikrozensus est le produit d’une loi, il est fortement influencé par les besoins politiques, le jeu des partis et les pressions de la société civile((2)). Ceci explique pourquoi les premières questions sur l’origine migratoire des enquêtés n’ont été ajoutées qu’en 2005. C’est à partir de 2000 que l’Allemagne va s’orienter vers une politique d’intégration, notamment par la réforme du droit de la nationalité. En 2005, la Zuwanderungsgesetz (loi sur l’immigration), première loi en Allemagne visant l’intégration des personnes ayant une origine migratoire, est entrée en vigueur. Cette politique d’intégration des personnes issues de l’immigration a été spécifiée en 2007 dans le Nationale Integrationsplan (plan d’intégration nationale) rédigé par le Beauftragte der Bundesregierung für Migration, Flüchtlinge und Integration (délégué du gouvernement fédéral en charge de la migration, des réfugiés et de l’intégration). De plus la Zuwanderungsgesetz a augmenté les pouvoirs du Bundesamt für Migration und Flüchtlinge (Office fédéral de la migration et des réfugiés). En 2004, au moment où la loi était débattue, il a été reconnu qu’en Allemagne, les données sur l’immigration et l’intégration des personnes issues de l’immigration étaient insuffisantes, surtout concernant les personnes naturalisées, d’où l’ajout de questions sur l’origine migratoire dans le MK 2005.

Se familiariser avec une base de données complexe : Le Mikrozensus 2005

L’étude du MK 2005 s’est faite en plusieurs étapes. J’ai dans un premier temps dû me familiariser avec l’utilisation de cette base de données. Il a fallu comprendre le fonctionnement complexe du Mikrozensus et notamment comment les variables avaient été générées. Certaines questions, par exemple, ne sont posées qu’à certaines populations du fait de filtres antérieurs. D’autres ont été construites à partir de plusieurs variables en fonction de définitions émanant soit d’instances internationales((3)), soit du Statistisches Bundesamt((4)). Enfin, certaines variables ont été recodées par le Statistiches Bundesamt dans le but de maintenir l’anonymat des personnes interrogées((5)). Avant de pouvoir exploiter cette base de données, il a donc fallu comprendre comment les variables avaient été construites, sur quels fondements, mais aussi tenir compte des erreurs de déclarations des enquêtés et de recodage.

Identifier les enfants de couples mixtes

Dans un second temps, des choix ont dû être effectués quant à la définition de la population étudiée. Afin d’identifier la population étudiée, je devais tenir compte du pays et de la nationalité à la naissance des parents des enquêtés. Dans cette enquête, il est nécessaire de distinguer entre enquêtés dont les parents sont identifiés comme vivants dans le même ménage que l’enquêté((6)) et les autres. Dans le premier cas, le pays de naissance et la nationalité à la naissance sont connus. Dans le second cas, il est demandé si le parent est arrivé en Allemagne en 1960 ou après. Si la réponse est oui, on peut supposer que le parent est né à l’étranger. Des questions sur la nationalité sont alors posées. Si l’enquêté répond par la négative, aucune autre question relative à l’origine du parent n’est posée. Dans ce cas, le parent peut être né en Allemagne avec la nationalité allemande / une autre nationalité, né à l’étranger avec une ascendance allemande ou non et avoir migré en Allemagne avant 1960 ou ne jamais avoir migré en Allemagne. J’ai supposé dans un premier temps que lorsqu’un parent n’était pas arrivé à partir de 1960 en Allemagne, il était Allemand. J’ai ensuite considéré que parmi le sous-groupe des « Allemands », les personnes de nationalité étrangère à la naissance qu’elles soient nées en Allemagne ou pas étaient soit de la première, soit de la seconde génération de migrants et que ceux nés à l’étranger avec la nationalité allemande à la naissance étaient Aussiedlers. Mais, il n’était pas possible de faire une telle distinction parmi les enfants de couples mixtes. L’un des parents étant a minima né à l’étranger avec une nationalité étrangère à la naissance, la nationalité de la personne enquêtée ne permet pas de distinguer entre enfants de couples mixtes et personnes ayant deux parents du même pays.

J’ai alors débuté mes analyses des performances scolaires et de l’intégration professionnelle des enfants de couples mixtes, consciente des limites et des biais éventuels de l’identification de la population. Cette analyse a été limitée par la taille de l’échantillon dont je disposais et ce surtout lorsque je tenais compte uniquement des personnes vivant avec leurs parents. Cette restriction était nécessaire pour pouvoir contrôler l’origine sociale des enquêtés : les informations telles le niveau de diplômes des parents ou encore leur profession ne sont disponibles que pour les enquêtés vivant avec leurs parents. Ces mêmes personnes étant plutôt jeunes, cette étude était limitée aux personnes âgées de 15 à 30 ans, population non-représentative de la population générale.

Questions de représentativité

Une fois de retour en France, et ayant débuté l’analyse pour les cas français et britanniques, il me semblait nécessaire d’approfondir et de vérifier mes résultats concernant le MK 2005. J’ai donc fait le choix d’effectuer un nouveau séjour de recherche au GESIS à l’été 2011. Je me suis alors limitée aux individus vivant dans le ménage parental. Mais après analyse, il s’est avéré que cette population n’est pas représentative de la population allemande, même si l’on se limite aux 15-30 ans. Il ne m’a donc pas été possible d’étudier les performances scolaires et l’intégration professionnelle des enfants de couples mixtes résidant en Allemagne à partir du MK 2005.

Modifications apportées au questionnaire du Mikrozensus en 2009 et calendrier de la thèse

Du fait de la difficulté d’étudier les populations ayant une origine migratoire à partir du questionnaire établi en 2005, le questionnaire du MK 2009 a été modifié. Des questions plus précises sont demandés aux enquêtés, et donc à leurs parents vivants dans le même ménage. Il leur est demandé de préciser quel est leur pays de naissance, leur(s) nationalité(s), s’ils sont Allemands comment ils ont obtenu leur nationalité (à la naissance, en tant qu’Aussiedler avec ou sans naturalisation, ou ont été naturalisés), leur nationalité avant la migration pour les Aussiedler ou avant la naturalisation pour les individus naturalisés. Concernant les parents vivants en dehors du ménage, il est demandé si le parent est arrivé en Allemagne en 1960 ou après tout comme dans le MK 2005. Mais si la réponse est non, il est demandé de préciser : si le parent est né en Allemagne ou est arrivé avant 1960 en Allemagne, ou si le parent n’est pas né en Allemagne et n’a pas migré vers l’Allemagne. Il est ensuite demandé de préciser la nationalité du parent (que la réponse à la question précédente soit oui ou non), s’il est Allemand comment il a obtenu sa nationalité (à la naissance, en tant qu’Aussiedler avec ou sans naturalisation, ou a été naturalisé), sa nationalité avant la migration s’il est Aussiedler, ou avant la naturalisation s’il a été naturalisé. S’il n’est pas possible de connaître avec certitude le pays de naissance des parents dont les enquêtés répondent qu’ils sont nés en Allemagne ou y sont arrivés avant 1960, les questions relatives à leur nationalité permettent de préciser s’ils ont une origine migratoire ou pas. Il me semble donc que le MK 2009 serait une base de données plus adaptée pour identifier les enfants de couples mixtes, sachant que l’origine sociale des parents n’est connue que pour les enquêtés vivants avec leurs parents, tout comme dans le MK 2005. Mais cette base n’était pas diffusée aux chercheurs implantés hors d’Allemagne, même s’ils venaient en tant que chercheurs invités dans un laboratoire allemand, au moment où j’effectuais mes analyses quantitatives. Il ne m’a donc pas été possible de l’intégrer à mon travail de thèse.

Le German Socio-Economic Panel (GSOEP) : Une enquête longitudinale par ménage

J’ai donc finalement fait le choix d’étudier les performances scolaires et l’intégration professionnelle des enfants de couples mixtes à partir du German Socio-Economic Panel (GSOEP). Dans cette enquête longitudinale par ménage, le pays de naissance des parents et la nationalité des parents au moment de l’enquête sont connus pour tous ceux dont les parents ont été enquêtés comme faisant partie du ménage depuis que l’enquête existe, c’est-à-dire 1984. Depuis 1994, le statut des migrants au moment de leur migration est défini (Aussiedler, et cetera) ce qui permettrait de distinguer les descendants d’individus d’ascendance allemande des autres dans le cas où les parents ont été eux-mêmes interrogés pour la première fois depuis. Et depuis 2006, les nouveaux entrants dans l’enquête se voient demander le pays de naissance (Allemagne ou autre en 2006, détaillé depuis 2007) et la nationalité (Allemande ou non) de leurs parents. Pour les autres, seul le fait que les parents soient Allemands ou pas au moment de l’enquête est renseigné depuis 2001. Afin de maintenir un effectif suffisant à partir de cette base de données, je me suis limitée à un seul critère de définition des enfants de couples mixtes, le pays de naissance de leurs parents. Ceci a pour conséquence de se limiter aux enquêtés dont les deux parents ont été interviewés, auxquels s’ajoutent les nouveaux entrants depuis 2006, sachant que la dernière vague diffusée au moment de l’analyse des données quantitatives était celle de 2009.

L’analyse de données quantitatives en Allemagne : Retour sur expérience

Cette enquête présente certes des limites quant à l’identification des enfants de couples mixtes, mais elle a l’avantage de pouvoir être étudiée sans nécessiter de séjours de recherche en Allemagne. Si la collaboration avec les auteurs de l’enquête est extrêmement enrichissante, le fait de pouvoir effectuer mes analyses sans devoir être sur place m’a permis de mener mes analyses quantitatives françaises, britanniques et allemandes en parallèle. Etre dans l’obligation d’effectuer ses analyses sur place conduit en effet à mon sens le chercheur à être pris par le temps, et à devoir revenir pour effectuer des analyses comparables, sans compter le coût financier important que cela suppose.

Si j’ai finalement fait le choix de ne pas exploiter les résultats obtenus à partir du MK 2005, ces séjours de recherche ont été extrêmement formateurs. L’accueil qui m’a été fait au GESIS et l’aide que m’ont apporté mes collègues, par leurs orientations, leurs conseils et par les discussions que nous avons eu ensemble, m’ont permis d’approfondir mes connaissances et d’analyser la base de données dont je disposais dans les meilleures conditions possibles. De plus, j’ai pu tisser des liens avec des chercheurs en Allemagne, ce qui m’a permis d’avancer dans mes réflexions et m’a ouvert de nouveaux horizons.

Pour en savoir plus

Esser Hartmut, Grohmann Heinz, Müller Walter et Schäffer Karl-August, Mikrozensus im Wandel: Untersuchungen und Empfehlungen zur inhaltlichen und methodischen Gestaltung, Stuttgart, Metzler-Poeschel, Statistisches Bundesamt, coll. « Schriftenreihe Forum der Bundesstatistik », n˚ 11, 1989.

Joachim R. Frick, Introduction to the German Socio-Economic Panel (SOEP), Berlin, DIW, 2010.

Joachim R. Frick, A General Introduction to the German Socio-Economic Panel Study (SOEP): Design, Contents and Data Structure [waves A-V, 1984-2005], Berlin, DIW, 2006.

John P. Haisken-DeNew et Joachim R. Frick, Desktop Companion to the German Socio-Economic Panel Study (GSOEP) (Years 1984-2009), Berlin, DIW, 2010.

SOEP Group, « The German Socio-Economic Panel (SOEP) after more than 15 years: An overview », Vierteljahrshefte zur Wirtschaftsforschung, 2001, vol. 70, no 1, pp. 7-14.

Statistisches Bundesamt, Bevölkerung nach Migrationsstatus regional: Ergebnisse des Mikrozensus 2008, Wiesbaden, 2010.

Statistisches Bundesamt, Bevölkerung und Erwerbstätigkeit: Bevölkerung mit Migrationshintergrund, Ergebnisse des Mikrozensus 2005, Wiesbaden, 2009.

 

Lien vers les questionnaires du Mikrozensus : http://www.gesis.org/missy/missy-home/auswahl-datensatz/

Lien vers la documentation concernant le GSOEP : http://www.diw.de/de/soep

 

Tableau 1 : Présentation synthétique du Mikrozensus et du GSOEP

Mikrozensus German socio-economic panel (GSOEP)
Auteur Statistisches Bundesamt Deutsches Institut für Wirtschaftsforschung (DIW) Berlin
Année Enquête annuelle depuis 1957 Enquête annuelle depuis 1984
Aire géographique Allemagne de l’Ouest jusqu’en 1991, Allemagne réunifiée depuis Allemagne de l’Ouest jusqu’en 1989, Allemagne réunifiée depuis
Taille de l’échantillon Environ 830 000 individus vivant dans 390 000 ménages Environ 20 000 individus vivant dans 11 000 ménages
Particularités de l’échantillonnage Enquête de 1 % des ménages, dont ¼ de l’échantillon est renouvelé chaque année, Labour Force Survey Enquête longitudinale par ménages, avec surreprésentation des ménages ayant une origine migratoire (limitée à cinq pays d’origine dans un premier temps, et étendue depuis). Depuis 2002, surreprésentation des individus ayant de hauts revenus.
Principales thématiques Caractéristiques socio-démographiques (âge, sexe, nationalité, pays de naissance, logement, éducation, emploi, revenus, santé physique et mentale, structure du ménage) Caractéristiques socio-démographiques (âge, sexe, nationalité, pays de naissance, logement, éducation, emploi, revenus, santé physique et mentale, structure du ménage), sociabilité, identité, langue, religion, bien-être, opinions sur différentes thématiques

 

  1. Anne Unterreiner, Liens sociaux et construction identitaire des enfants de couples mixtes : Une étude comparée en France, en Allemagne et au Royaume-Uni, Doctorat, EHESS, Paris, 2012. []
  2. Pour une analyse approfondie des contextes de production des enquêtes quantitatives permettant d’identifier les enfants de couples mixtes en France, en Allemagne et au Royaume-Uni, voir Anne Unterreiner, « How national context shapes international comparison of mixed people. The example of German, French and British large-scale survey datasets », in Rosalind Edwards, Suki Ali, Chamion Caballero et Miri Song (eds.), International Perspectives on Racial and Ethnic Mixing and Mixedness, Routledge, 2012, pp. 141-155. []
  3. La notion de secteur d’activité, l’ISCO-88 ou encore l’ISCED. []
  4. La notion de population active ou encore de « Lebensform ». []
  5. Toutes les variables relatives à la nationalité des enquêtés et de leurs parents. []
  6. Précisons que pour être considéré comme faisant partie du même ménage, l’enfant doit : ne jamais avoir été marié, ne pas avoir eu d’enfant. []

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.