Travailler sur les journaux savants allemands à Göttingen. Expérience de séjour et Utilisation de la base de données GJZ18

par Cécile Lambert

Mon projet : analyser la réception de Julien Offray de La Mettrie, penseur méconnu des Lumières françaises, dans les journaux savants allemands du XVIIIe siècle

Je suis doctorante en littérature française et comparée et j’ai commencé en septembre 2011 une thèse en cotutelle à l’Université Paris Sorbonne et à la Humboldt-Universität de Berlin, thèse qui s’intitule Lire Julien Offray de La Mettrie dans les sphères savantes et intellectuelles du monde germanique (1739 – 1839). Derrière ce titre encore provisoire, j’étudie les différentes modalités du processus de réception que divers courants des Lumières allemandes ont construit autour de l’œuvre radicale et scandaleuse de La Mettrie durant le long dix-huitième siècle et je travaille à partir de l’hypothèse suivante : la rencontre particulièrement spectaculaire et explosive de La Mettrie et de l’espace allemand forme un cas de transfert culturel original et révélateur, qui peut contribuer à éclairer les mécanismes d’élaboration de l’histoire intellectuelle et socioculturelle de la période, en conduisant à repenser l’approche classique opposant des Lumières françaises qui seraient considérées comme matérialistes et radicales à une Aufklärung allemande qui serait considérée comme confessionnelle, rationaliste et idéaliste.

C’est suite à un premier séjour de recherches de quatre mois effectué à Berlin au printemps 2012 qu’est apparu le rôle crucial joué par un médium spécifique que l’on désigne généralement sous le nom de journaux savants dans le processus de construction de la réception de La Mettrie au sein de l’espace allemand. A l’issue de ce premier séjour de recherches à Berlin, j’ai donc décidé d’effectuer un deuxième séjour de recherches à Göttingen afin de pouvoir exploiter au mieux la piste de réception offerte par les journaux et autres périodiques ou éphémérides savants des Lumières allemandes : la bibliothèque universitaire de Göttingen est en effet l’une des bibliothèques allemandes de référence concernant les études dix-huitiémistes ; elle conserve notamment la collection la plus fournie et la plus exhaustive à ce jour des journaux savants parus et diffusés au sein de l’espace allemand durant le dix-huitième siècle.

Mon séjour à Göttingen au printemps 2013

J’ai passé deux mois à Göttingen, du 1er mars au 1er  mai 2013 et j’ai pu travailler dans d’excellentes conditions au sein de la SUB et des différentes bibliothèques spécialisées de la ville : je retiens tout particulièrement les très larges horaires d’ouverture ; les très bonnes conditions de travail (grâce à un service de réservation de carrels ou d’espaces de travail dédiés) ; la compétence, l’efficacité et l’écoute des personnels des différentes bibliothèques ; les modalités aisées de demande et de consultation des fonds ; les excellentes conditions de reproduction des documents (possibilité de photographie, service gratuit de reprographie par scanner et de sauvegarde sur clé USB).

Du point de vue logistique et pratique, ce projet a pu être mené à bien grâce au financement complémentaire que m’a accordé le CIERA, sous la forme d’une aide doctorale partielle. Cette aide, dont la durée, le montant et la date de début de versement sont modulables en fonction des besoins spécifiques de chaque projet de séjour, offre une formule d’accompagnement flexible et idéale pour ce type de séjour ponctuel.

Le programme et les objectifs de mon séjour étaient les suivants

1. Exploiter la collection de journaux savants que possède la SUB en procédant d’abord à la sélection méthodique et exhaustive des titres pertinents dans le cadre de mon enquête, puis en procédant au dépouillement et à la collecte systématique et exhaustive des recensions consacrées à La Mettrie, à sa figure d’auteur aussi bien qu’à ses œuvres.

2. Constituer un corpus exhaustif, documenté et exploitable des recensions de La Mettrie parues dans les journaux savants allemands qui puisse ensuite faire l’objet d’analyses statistiques, philologiques et critiques, afin de mieux cerner les spécificités et le rôle de ce medium essentiel dans le développement des Lumières allemandes.

En amont de mon séjour, grâce à l’expérience et aux conseils méthodologiques d’Anne Saada, qui a travaillé sur la réception de Diderot dans les journaux savants allemands et en particulier sur les fonds conservés à Göttingen((1)), j’ai pu constituer et préparer des listes préparatoires de travail et de dépouillement, à partir d’outil bibliographiques((2)) et à partir du catalogue de la SUB de Göttingen : http://www.sub.uni-goettingen.de/sub-aktuell/. Un outil particulièrement précieux pour mener des recherches sur les journaux savants est le catalogue historique et systématique de la bibliothèque qui permet d’accéder à la liste exhaustive et organisée des journaux savants conservés par la bibliothèque : http://www.sub.uni-goettingen.de/goettinger-band-realkatalog/.

Durant mon séjour à Göttingen, j’ai surtout eu la chance de pouvoir utiliser un nouvel outil numérique récemment finalisé par l’Académie des sciences de Göttingen : il s’agit de la base de données Gelehrte Journale und Zeitungen der Aufklärung (GJZ18) http://gelehrte-journale.adw-goe.de, mise en ligne depuis septembre 2013 et présentée sur le blog Germano-fil en octobre 2013 : http://germano-fil.hypotheses.org/1841. Cette base de données est alimentée par le dépouillement systématique et l’indexation enrichie des recensions contenues dans un corpus de 128 journaux savants de langue allemande parus au XVIIIe siècle, un corpus enrichi par l’ajout d’index complémentaires afin de couvrir l’essentiel des titres parus dans la période et l’essentiel des fonds conservés à Göttingen. Grâce aux conseils d’utilisation et à l’aimable autorisation de Martin Gierl, ancien directeur du projet GJZ18, j’ai pu utiliser cet outil en avant-première, avant sa mise en ligne officielle.

Mon expérience d’utilisation de l’outil numérique GJZ18

Les ressources offertes par la base de données GJZ18 ont considérablement accéléré et facilité mon travail d’exploitation du vaste fond de journaux savants que possède la SUB de Göttingen.

Dans un premier temps, il est possible d’interroger la base de données et de rechercher des séries de recensions en formulant des requêtes simples ou approfondies, qui peuvent porter par exemple sur les noms d’auteurs recensés, les titres d’ouvrages recensés, les noms d’auteurs des recensions, ou encore l’ensemble des recensions parues dans tel ou tel titre de journal. Il est ensuite possible de sauvegarder les résultats obtenus (en les copiant dans ses propres fichiers) afin de constituer à partir de ces résultats ses propres listes de recensement, de dépouillement et ses propres bases de données, en fonction de l’enquête spécifique que l’on se propose d’effectuer.

Afin d’optimiser les résultats de ces recherches, voici quelques conseils basés sur ma propre expérience autour de mes recherches concernant La Mettrie :

1. Multiplier et croiser les requêtes afin de recouper et de vérifier les données obtenues : on peut par exemple croiser les requêtes par nom d’auteur et par titre d’ouvrage pour obtenir des résultats exhaustifs et précis ; dans le cas d’une recherche par nom d’auteur, il faut également penser aux pseudonymes éventuels (pour La Mettrie, « Charp » ou « Demetrius ») et surtout aux différentes orthographes possibles du nom d’auteur (il vaut mieux utiliser prioritairement l’orthographe de l’époque lorsqu’elle diffère de l’orthographe moderne pour avoir un maximum de résultats).

En voici la preuve en images, avec un exemple de recherche par nom d’auteur orthographié successivement à la manière du XVIIIe siècle et à la manière moderne, qui donne successivement 64 et 11 résultats :

 Recherche avec Lamettrie
 Recherche avec La Mettrie

 

2. Vérifier et nettoyer systématiquement ses listes de résultats avant de les utiliser dans le cadre d’analyses quantitatives, statistiques ou dans la conception de sa propre base de données : supprimer les doublons, les homonymes, les entrées non pertinentes et dans la mesure du possible aller voir le texte source (signaler éventuellement les erreurs, mais sur l’échantillon sur lequel j’ai travaillé, la qualité du travail d’indexation était proche des 100%).

Dans un second temps, la base de données fournit une série de liens vers des sites hébergeant des versions numérisées de journaux savants, ce qui permet de visualiser directement le texte complet des recensions. J’ai essentiellement utilisé le centre de numérisation lié au fond et au catalogue de la bibliothèque de Göttingen : http://gdz.sub.uni-goettingen.de. Il offre la possibilité de feuilleter, télécharger et sauvegarder ces versions numérisées, dans leur totalité ou à travers une sélection de pages choisies (option recommandée pour préserver ses capacités en termes d’espace de stockage car les fichiers sont volumineux) :

 PDF download

Ces différentes fonctionnalités offertes par la base de données – recherche et extraction de listes de recensions d’une part, visualisation et sauvegarde des recensions numérisées d’autre part – permettent d’obtenir rapidement et efficacement un certain nombre de résultats essentiels.

C’est un outil qui ne dispense toutefois pas de consulter les exemplaires matériels des journaux savants dans la liste des cas suivants, liste établie d’après ma propre expérience et bien entendu non exhaustive. Comme on le verra, cela tient d’abord au fait que le processus de constitution de la base de données et des différentes fonctionnalités connexes de la base de données (notamment les liens vers les numérisations des recensions) n’est pas encore totalement achevé (ce sont les cas de figure 1 et 2) ; cela tient aussi à la spécificité de certains corpus de travail et de certaines requêtes qui nécessitent des recherches complémentaires sur les exemplaires matériels de la bibliothèque (ce sont les cas de figure 3 et 4).

1. Tous les titres de journaux ne sont pas encore numérisés et n’offrent donc pas toujours la possibilité de vérifier, consulter et exploiter en ligne le texte correspondant des recensions listées par la base de données : ce processus de numérisation est en cours et cet obstacle devrait pouvoir être levé dans un futur proche.

2. La possibilité de recherche plein texte n’est pas disponible et les serveurs qui hébergent les pages numérisées sont généralement lents : dans le cas d’un corpus volumineux, et d’un besoin de consultation page par page, la consultation sur place de l’exemplaire matériel reste beaucoup plus rapide et aisée que la consultation de l’exemplaire numérisé.

3. Lorsque le corpus comprend également des journaux en langue française ou latine édités par des Allemands ou parus en Allemagne, comme les Relationes de libris novis ou l’Abeille du Parnasse, une consultation sur place de ces journaux est nécessaire. Ces journaux ne sont pas inclus dans la base de données, mais représentent un pourcentage non négligeable des productions de la période. Il serait extrêmement utile de créer également une base de données les concernant.

4. Lorsque l’on travaille sur la diffusion d’un auteur masqué ou anonyme, ou encore sur la réception d’ouvrages clandestins, la liste des recensions extraites à partir de la base de données GJZ18 est naturellement incomplète, pour la simple raison que la base de données est conçue pour lister les recensions mentionnant explicitement tel ou tel titre d’ouvrage et tel ou tel nom d’auteur. Beaucoup de recensions recourent à l’allusion ou à la périphrase pour désigner des auteurs ou des ouvrages masqués, anonymes, censurés, clandestins, et ne peuvent donc pas apparaître dans le cadre d’une requête portant sur le nom réel de l’auteur ou le titre réel de l’ouvrage. L’exemple de La Mettrie est probant : la recherche via la base de données fournit une centaine de recensions, la recherche via les exemplaires matériels en fournit environ deux cent cinquante. La consultation systématique des exemplaires papiers, orientée en fonction des résultats obtenus via la base de données, fournit donc une liste précieuse et complémentaire de recensions. Dans certains cas, le travail d’indexation des recensions dans la base de données a déjà été accompagné d’un travail critique et a déjà rétabli l’attribution réelle, permettant de faire apparaître la recension via la requête informatique. Dans d’autres cas, qui restent majoritaires pour ce type d’auteurs et d’ouvrages, ce travail critique n’a pas encore pu être mené à bien. Il pourrait être mené et généralisé ultérieurement, afin d’augmenter le potentiel offert par l’outil GJZ18.

L’utilisation de l’outil numérique GJZ18 fonctionne donc en parfaite complémentarité avec la consultation directe des exemplaires matériels conservés à la SUB de Göttingen. Il n’annule ni le profit d’un séjour sur place ni l’entreprise de familiarisation directe avec le type de medium particulier et spécifique que représentent les journaux savants, bien au contraire. Il prépare,  légitime et appelle pleinement le séjour de recherches, en offrant une introduction et une aide extrêmement précieuses au travail de recherches portant sur les archives matérielles. C’est un outil essentiel pour prendre contact avec les journaux savants et découvrir les ressources qu’ils peuvent offrir ; pour défricher, baliser et organiser ses recherches potentielles sur les journaux savants ; pour cibler au préalable les titres de journaux et les ensembles de recensions les plus intéressants et les plus pertinents dans le cadre d’une étude spécifique. Cet outil facilite aussi grandement l’organisation et le déroulement concret du séjour : avant le départ, il offre la possibilité de mieux évaluer et calibrer la durée prévisionnelle de son séjour sur place en fonction des besoins réels de consultation des archives matérielles ; une fois sur place, il permet d’économiser et de gagner énormément de temps en ne consultant que les ressources matérielles qui sont encore non numérisées et non accessibles en ligne, ou non recensées dans la base de données.

Parcours de recherche pas à pas

Voici pour terminer une présentation synthétique concernant la marche à suivre pour pouvoir, à partir des résultats de recherche de la base de données, accéder à une version numérisée existante ou bien commander un exemplaire papier du journal savant concerné dans une bibliothèque allemande : on prend ici l’exemple d’une recherche concernant les recensions de l’ouvrage de La Mettrie intitulé Histoire naturelle de l’âme dans les journaux savants.

Étape n°1

À partir de la recherche combinée des mots-clés « Lamettrie » et « Histoire », on obtient 4 résultats. Intéressons-nous par exemple au troisième résultat, une recension de La Mettrie dans le journal Zuverlässige Nachrichten :

 Lamettrie Histoire

En cliquant sur ce résultat, on obtient la référence précise de la recension : date, numéro de volume, pagination (ici 1749, n°111, p. 188-223). Il faut copier et sauvegarder ces informations avant de passer à l’étape n°2 :

 Lamettrie Histoire 2

Étape n°2

Grâce aux liens offerts par la base de données à la rubrique « Links », « Allgemeine Links », on peut ensuite interroger une série de catalogues de bibliothèques pour accéder à une version numérisée ou papier de l’ouvrage.

On recommande en particulier, outre le catalogue de la bibliothèque de Göttingen, le portail GVK, http://www.gbv.de/ : il interroge simultanément plusieurs bibliothèques allemandes et donne à la fois la liste des versions numérisées avec des liens et la liste des exemplaires papiers et des bibliothèques correspondantes avec des liens pour réserver les exemplaires.

Reprenons l’exemple de notre recension des Zuverlässige Nachrichten de 1749. Voici ce que donne la recherche du titre du journal dans la base du GVK, qui nous indique que l’année recherchée est disponible au choix en version numérique (résultat 5) ou papier (résultat 6) :

 Numerique et papier

En cliquant sur la version numérisée du journal (résultat 5), on peut voir s’il existe ou non une version numérisée du numéro précis qui nous intéresse. Dans notre cas, la réponse est oui, l’exemplaire a été numérisé par le centre de numérisation de Göttingen:

 Online Ressource

Il suffit ensuite de cliquer sur le lien fourni par GVK (indiqué ci-dessus par une flèche rouge) pour obtenir la recension précise que l’on cherche (indiquée également ci-dessous par une flèche rouge) :

 Recension

En cliquant au contraire sur la version papier du journal (résultat 6), on obtient la liste des bibliothèques qui possèdent des exemplaires, ce qui permet de les commander auprès d’elles :

 Papier 1
 Papier 2

 

Pistes bibliographiques sur les journaux savants allemands

Böning, Holger (2002) :  Periodische Presse, Kommunikation und Aufklärung. Bremen (Ed. Lumière).

Habel, Thomas (2007) : Gelehrte Journale und Zeitungen der Aufklärung: Zur Entstehung, Entwicklung und Erschließung deutschsprachiger Rezensionszeitschriften des 18. Jahrhunderts. Bremen (Ed. Lumière).

Kirchner, Joachim (1966-1969) : Bibliographie der Zeitschriften des deutschen Sprachgebietes bis 1900. Stuttgart (Hiersemann).

Knabe, Peter-Eckhard (1978) : Die Rezeption der Französischen Aufklärung in den ‘Göttingischen Gelehrten Anzeigen’ (1739 – 1779). Frankfurt am Main (Klostermann).

Profos Frick, Claudia (2009) : Gelehrte Kritik : Albrecht von Hallers Literarisch-Wissenschaftliche Rezensionen in den ‘Göttingischen Gelehrten Anzeigen’. Basel (Schwabe).

Schmidt, Klaus (1997) : Index deutschsprachiger Zeitschriften : 1750-1815. Hildesheim (Olms).

  1. Saada, Anne, (2003) : Inventer Diderot : les constructions d’un auteur dans l’Allemagne des Lumières. Paris (CNRS éd.) []
  2. Kirchner, Joachim, (1966-1969) : Bibliographie der Zeitschriften des deutschen Sprachgebietes bis 1900, Stuttgart (Hiersemann) ; Schmidt, Klaus, (1997) : Index deutschsprachiger Zeitschriften : 1750-1815, Akademie der Wissenschaften zu Goettingen, Hildesheim (Olms) []

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.