Enquêter en situation de contacts interculturels. L’exemple d’une recherche sur les clubs de football « turcs » en Allemagne

Par Pierre Weiss

Un concours de circonstances

Les anthropologues et les ethnologues savent depuis longtemps que le rapport entre le chercheur et la population qu’il étudie est situé socialement, culturellement et historiquement. Me concernant, outre ma double trajectoire de footballeur amateur et d’étudiant en sciences sociales du sport, rien ne me prédisposait véritablement à réaliser une recherche doctorale sur la constitution et l’enracinement de clubs de football « turcs » en France et en Allemagne((1)). En réalité, c’est à la suite d’un concours de circonstances que je me suis lancé dans cette aventure. L’objectif était alors de saisir, dans la confrontation au terrain, les raisons inséparablement sociales et ethniques qui conduisent des individus « pluriels » à pratiquer le football « entre-soi ».

Effets croisés : « capital sportif » et « participation observante »

D’une part, j’ai eu la chance d’avoir pratiqué le football de compétition pendant une bonne vingtaine de saisons, si bien que je disposais, initialement, d’un « capital sportif » de départ qui devait s’avérer indispensable pour effectuer mon enquête de terrain. D’autre part, le hasard de la géographie a voulu que je me retrouve longuement dans une ville de 13 000 habitants où cohabitaient deux clubs de football, l’un « historique » et l’autre associé au courant migratoire anatolien. A maintes reprises, alors sans ambition d’enquête, dans une phase de « participation observante » au sens de Paul Yonnet((2)), j’avais relevé que des tensions sociales, culturelles et communautaires se développaient autour de ce que nous appelions le « club des Turcs », dont les membres faisaient l’objet de qualifications parfois « racialisantes ».

Une opportunité à saisir dans le champ académique

Or, en même temps, la thématique de « l’intégration des immigrés par le football » s’était installée dans le paysage académique, notamment par un transfert des « catégories politiques » vers le champ scientifique. J’étais pour le moins étonné face à cette situation a priori contradictoire. A cet effet de surprise, il faut encore ajouter ma participation, comme collaborateur scientifique, à un projet de recherche soutenu par la Commission européenne et intitulé « Développement de la compétence interculturelle par le sport dans le contexte de l’élargissement de l’Union européenne »((3)). Etudiant de master en sciences sociales du sport à l’Université de Strasbourg, j’étais principalement responsable de l’enquête et de la production des données empiriques dans les clubs de football « turcs » en Alsace-Moselle (France), ainsi que de la recherche documentaire en Allemagne.

La nécessité de prendre du recul

En 2008, au terme du projet collectif précité, j’avais réuni tout un ensemble de discours identitaires et de données quantitatives relatives au recrutement socio-ethnique des clubs dits « communautaires » dans l’Hexagone. Centrée sur le cas de l’immigration turque dans l’est du pays, une première analyse révélait que les modalités de l’engagement sportif des individus rencontrés dépendaient de facteurs historiques, culturels, sociodémographiques, politiques et socioéconomiques qui, en se combinant, produisaient des situations à la fois cohérentes et variées. Pour surmonter les doutes liés à la fragilité intrinsèque de mes propres catégories de pensée, implicitement dominées par l’« esprit d’Etat »((4)), j’ai alors décidé, en 2009, d’effectuer un détour par l’Allemagne, où l’historien Diethelm Blecking avait récemment publié un article sur le développement des clubs sportifs dits « mono-ethniques », notamment fondés à partir de l’origine anatolienne de leurs membres((5)). Pendant cette phase réflexive d’objectivation, la démarche comparative me semblait intéressante, car elle me conduirait probablement à prendre de la distance vis-à-vis de mes propres présupposés culturels et implicites théoriques.

Le détour par l’Allemagne et le Pays de Bade

La présence d’un phénomène semblable de regroupement dans le football encadré pour une population « minoritaire » apparemment « identique », mais installée dans deux pays distincts devait me permettre de comparer les stratégies identitaires des acteurs associatifs, de même que le regard porté sur eux par la société « majoritaire ». Pour ce faire, j’ai mobilisé des méthodes quantitatives et qualitatives, dans le cadre d’une comparaison contrôlée, circonscrite à l’étude approfondie de deux cas jugés suffisamment proches pour tirer des ressemblances et dissemblances des conclusions robustes. Du côté allemand, le Pays de Bade est rapidement apparu comme un espace propice à la réalisation de ce travail comparatif entre la France et l’Allemagne. Au-delà de la forte représentation des populations originaires de Turquie et des clubs de football qui leur étaient associés, il affichait un potentiel économique comparable à celui de l’Alsace-Moselle. En même temps, il s’enracinait dans une aire géographique et culturelle – le fossé du Rhin supérieur – relativement homogène, tout en conservant des particularités liées à son inscription nationale. Accueilli à l’Institut du Sport et des Sciences du Sport de l’Université de Fribourg-en-Brisgau, entre autres grâce à l’aide à la mobilité du DAAD, j’ai effectué mon séjour de recherche outre-Rhin entre l’automne 2009 et l’été 2010. Mon objectif était alors double. Il s’agissait non seulement de soumettre à la critique de chercheurs allemands « confirmés » mes modèles d’analyse et d’interprétation, mais aussi de procéder à une étude monographique du club de football « turc » local, le Türkgücü Freiburg (TFB).

Mon enquête au Türkgücü Freiburg, entre proximité et distance

Fondé en 2004 par des immigrés turcs sunnites politiquement plutôt « de droite » et enthousiasmés par le football, le TFB est une association culturelle et sportive qui regroupe 52 membres, dont près de 90% sont des descendants de Gastarbeiter anatoliens. Pour la majorité, ils exercent une profession dans les secteurs du bâtiment, de la plasturgie, de la restauration rapide et de la mécanique automobile. Ils sont, pour la plupart d’entre eux, ouvriers, employés, artisans et lycéens ou étudiants inscrits dans des formations techniques courtes. De prime abord, mon travail de terrain présentait donc une difficulté majeure ; celle d’enquêter en situation de contacts interculturels. Le fait de n’avoir aucun rapport émotionnel avec la Turquie, de ne pas être né en Allemagne et de ne pas appartenir, objectivement, à la même catégorie socioprofessionnelle aurait du reste pu constituer un sérieux obstacle et amputer ma capacité à intégrer le monde social du TFB, si ce n’était l’action combinée de plusieurs facteurs compensateurs.

« Sens pratique » du football et caractère « color blindness » de la culture sportive

D’abord, j’ai volontairement abordé des questions identitaires, « sensibles » par nature, au prisme d’une activité sportive mettant en scène la « diversité socio-ethnique » avec éclat. Ainsi, l’ethos égalitariste et le caractère « color blindness » de la culture footballistique ont fait que j’ai été accepté très rapidement, d’autant que je me suis efforcé de respecter les règles du collectif (horaires, vêtements, consignes…) et de « mouiller le maillot » sur le terrain. Mon « sens pratique » du football de compétition s’est révélé ici particulièrement utile, entre autres pour agir conformément aux normes implicites du groupe de joueurs. Par exemple, dans le vestiaire commun, le « nouvel habitué » que j’étais s’est logiquement installé à la place laissée libre par ses coéquipiers, dont l’ancienneté de la présence dans les lieux les gratifiait d’un statut de « prioritaire ». En ce sens, je n’aurais vraisemblablement pas pu effectuer une telle enquête au sein d’une association turque cultuelle ou politique, « militante » par nature, et dont les codes tacites me seraient probablement étrangers.

Mon abandon aux exigences du « terrain »

Ensuite, pendant plusieurs mois, je me suis consciemment abandonné aux exigences du « terrain », ici entendu au double sens du terme. D’une part, j’ai fréquemment chaussé les crampons avec mes partenaires les mardis et jeudis en soirée lors de séances d’entraînement. Cet engagement physique intense et régulier m’a non seulement valu la confiance de mes coéquipiers, mais aussi permis de m’extraire en partie de mon « étiquette » de chercheur agissant par intérêt. A ce propos, mon « hexis corporelle » de footballeur aguerri, produite par intériorisation de techniques sportives instituées (relativement similaires des deux côtés du Rhin), a clairement joué en ma faveur, à un tel point que les dirigeants du TFB m’ont proposé, dès le mois de novembre 2009, de prendre une licence de joueur en tant que « joker ». J’avais alors progressé dans le sens de mon intégration à la communauté. D’autre part, durant mon enquête, je me suis attaché à accorder à mes partenaires une place d’acteur dans la recherche, en utilisant souvent l’observation participante pour « objectiver » et relativiser les schèmes interprétatifs en présence. Je n’ai pu le concrétiser qu’en alternant des phases d’engagement actif avec des périodes de distanciation((6)). Le carnet ethnographique et le dictaphone numérique furent ici des outils incontournables, notamment pour « garder une trace » des données recueillies de manière informelle. A travers ce dispositif expérimental, j’ai par exemple réussi à mieux cerner l’importance symbolique du football en club pour les jeunes turcs des milieux populaires. Mettant en scène l’égalité, cette pratique sportive représentait, à leurs yeux, une source de valorisation et de reconnaissance tant individuelle que collective.

Retour sur une expérience interculturelle

Si elle ne relève point de l’évidence, mais doit faire l’objet d’une construction intellectuelle de la part du chercheur, l’expérience interculturelle n’en reste pas moins créatrice à plusieurs titres. Tout d’abord, elle m’a permis de dépasser mes craintes quant à l’usage de la notion de « communauté » au cours de mon travail de recherche. En effet, mon itinéraire d’affiliation au TFB tout comme mes discussions fréquentes avec des chercheurs allemands ont eu pour effet de m’encourager à employer cette notion en y joignant celles de « segmentation » et de « système de valeurs ». Ensuite, cette expérience m’a conduit à relativiser l’opposition, souvent réifiée, entre le pluralisme culturel allemand et le modèle républicain français a priori hostile à toute forme d’« entre-soi » sportif. De fait, l’enracinement des clubs « turcs » a suivi les mêmes logiques des deux côtés du Rhin : concentration spatiale, stigmatisation et construction politique d’un problème. Enfin, elle m’a aidé à identifier les trois principaux enjeux auxquels seront confrontées la France et l’Allemagne dans les prochaines années : la reconnaissance de leur diversité ethno-culturelle, la lutte contre les discriminations et la réduction des inégalités dans l’accès aux biens de base.

  1. Weiss, Pierre (2012) : La fabrication du regroupement sportif « communautaire » : enquête sociologique sur les clubs de football « turcs » en France et en Allemagne. Doctorat en sciences sociales du sport, Université de Strasbourg (Laboratoire « Sport et sciences sociales »). []
  2. Voir Yonnet, Paul (1998) : Systèmes des sports. Paris (Gallimard). []
  3. Comenius 2.1, programme Socrates, 2004-2008, N° 119019-CP-1-2004-DE-COMENIUS-C21. []
  4. J’emprunte cette notion à Pierre Bourdieu. []
  5. Cf. Blecking, Diethelm (2008): « Fußball und ethnischer Sport in Deutschland », in: Blecking, Diethelm und Waic, Marek, Hrsg.: Sport – Ethnie – Nation. Zur Geschichte und Soziologie des Sports in Nationalitätenkonflikten und bei Minoritäten. Baltmannsweiler (Schneider Verlag Hohengehren), ss. 85-95. []
  6. Je m’inspire de la formulation chère à Norbert Elias. []

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.