Étudier des fonds allemands de familles patriciennes : retour sur une expérience hambourgeoise

Par Marine Viale

Analyser les identités multiples de familles de négociants entre Hambourg et Bordeaux

Ma première rencontre avec des familles patriciennes hambourgeoises date de mars 2012, lors d’un stage de huit mois à la Forschungsstelle für Zeitgeschichte in Hamburg, lorsqu’au détour d’un carton d’un fonds pourtant récent je tombai sur des albums familiaux datant des premières heures de la photographie. Intéressée par les questions identitaires, je ne pus qu’être fascinée par la manière dont l’élite politique, sociale et économique de la ville hanséatique posait sur les clichés, et attirée par les perspectives de recherche qu’un tel groupe pouvait représenter.

Cette expérience m’a incitée dans les mois suivant mon entrée à l’École doctorale de Sciences Po Paris à développer en accord avec mon parcours franco-allemand un sujet de recherche centré sur des familles de l’élite hambourgeoise en relation avec la France aux XVIIIe et XIXe siècles. Suite à la lecture d’un ouvrage de Michel Espagne sur la colonie germanique de Bordeaux((1)), mon choix se porta sur des familles de négociants qui naviguaient entre Hambourg, la « Porte du Monde », et Bordeaux, le « Port de la Lune »((2)). L’objectif du mémoire était d’analyser leurs identités multiples en remettant en perspective leur mobilité réelle ou symbolique, en se démarquant des études précédentes focalisées uniquement sur la présence germanique à Bordeaux. M’inspirant des méthodes de travaux d’histoire croisée et comparée sur les liens économiques entre les deux villes((3)), je décidai de tenter de rétablir l’équilibre en redonnant une place au contexte hambourgeois. Pour ce faire, une condition s’imposait : se rendre aux archives de Hambourg.

Les séjours de recherche à Hambourg : trouver et étudier le fonds pilier du mémoire

Lorsque je me rendis à Hambourg pour un premier séjour de recherche de deux mois à l’été 2013, j’étais dans l’incertitude totale de trouver un fonds conséquent à étudier dans le cadre de mon mémoire. À partir d’une liste regroupant les noms de familles d’origine hambourgeoise implantées à Bordeaux, l’objectif était de rechercher un ou plusieurs fonds qui serviraient de pilier au mémoire. Sur la cinquantaine de familles que j’avais pu identifier, seule une donna un résultat : la famille Meyer, un exemple clé de famille négociante au cœur des liens entre Hambourg et Bordeaux. Si les membres de cette famille furent systématiquement étudiés dans le cadre de la colonie germanique de Bordeaux, aucun chercheur n’avait encore eu l’occasion de consulter le fonds familial de Hambourg. En raison de l’importance de ce dernier et de l’impossibilité de prendre des photographies se posa rapidement la nécessité de revenir pour un deuxième séjour de recherche d’un mois en février 2014, afin de continuer à l’étudier.

Ces deux séjours à Hambourg me furent rendus possibles grâce au soutien de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse (bourse pour des recherches documentaires), de l’Institut français d’histoire en Allemagne (bourse de recherche de courte durée), ainsi que de l’École doctorale de Sciences Po (bourse d’aide à la mobilité).

Fonder sa recherche sur des seuls fonds familiaux allemands : bien préparer son séjour

Durant les séances de l’atelier d’aide à la recherche organisées par mon établissement, j’ai souvent entendu qu’il était préférable que le mémoire de master se base sur un ou deux fonds principaux. Bien souvent, les étudiants travaillant sur un objet franco-allemand (notamment dans les études comparées ou croisées) choisissent ainsi de consulter des fonds dans les deux pays de façon plus ou moins équilibrée. Au contraire, puisque dans mon cas les sources disponibles en France étaient parcellaires et en attente d’être éclairées par des sources allemandes, il m’a fallu patienter jusqu’à mon premier séjour de recherche pour trouver mon fonds principal. Ma première confrontation avec les sources allemandes fut donc tardive, ce qui nécessita de préparer intensivement le terrain à l’avance, en apprenant la Kurrentschrift, en vérifiant l’accessibilité des fonds auprès des archives et surtout en tirant partie des outils de recherche allemands, dont j’ai établi une liste en fonction de mon sujet.

Utiliser les outils de recherche hambourgeois

Voici par exemple quelques outils spécifiques à la ville de Hambourg pouvant être utiles aux historiens :

HANS, Handschriften, Autographen, Nachlässe und Sonderbestände (inventaire des fonds privés et manuscrits): http://www.sub.uni-hamburg.de/recherche/kataloge/besondere-bestaende/hans.html

Hamburgensien Digital (base de données donnant accès à des médias numérisés): http://landesbibliothek.sub.uni-hamburg.de/recherche-hh/hamburgensien-digital.html

Hamburg in historischen Karten (base de données centralisant les cartes historiques de la ville): http://agora.sub.uni-ha/subcharts/digbib/asearch

Hamburg-Bibliografie online (bibliographies et biographies sur des thèmes spécifiques): http://landesbibliothek.sub.uni-hamburg.de/recherche-hh/hamburg-bibliographie.html

Hamburg Wissen Digital (portail d’accès à des bases de données sur des questions d’histoire et de civilisation): http://www.hamburgwissen-digital.de

Hamburg University Press (maison d’édition de l’université mettant à disposition ses publications en open access): http://hup.sub.uni-hamburg.de/

Netz und Werk, Junge Hamburger Geschichtswissenschaft online (blog présentant les résultats de recherche de jeunes historiens de l’université de Hambourg): http://netzwerk.hypotheses.org/

Tirer parti des outils généalogiques en ligne

Dans la préparation de mes séjours, les outils généalogiques accessibles depuis Europeana ou la Deutsche Digitale Bibliothek furent une aide précieuse. Je fais ici plus particulièrement référence à des ouvrages numérisés écrits au XIXe siècle (par exemple les Hamburgische Wappen und Genealogien de 1890), à une époque où la mémoire familiale était un élément identitaire crucial pour la bourgeoisie allemande. Les livres généalogiques et la chronique familiale tenaient en effet une place considérable dans l’entretien de cette mémoire((4)) : dans le cas des Meyer, la chronique fut rédigée à leur demande par un archiviste, puis publiée en 1861. Ainsi, ces documents représentent une première source primaire pour l’étude des identités familiales avant le séjour de recherche. Ils constituent en outre des sources d’informations factuelles généralement fiables (noms, dates, lieux de résidence, activité professionnelle, adhésion à des associations, ordres etc.) qui permettent d’aiguiller la recherche lors du futur séjour vers certaines personnes, certains lieux, voire même d’autres documents disponibles en ligne. Par exemple, apprendre dans la chronique familiale que des Meyer avaient été membres de la Société patriotique de Hambourg m’a permis de trouver par la suite les publications de cette société en ligne pour en savoir plus sur leur rôle précis.

Contacter les descendants : quelques conseils en retour d’expérience

Travailler sur des questions identitaires sur la base de familles peut présenter une difficulté à laquelle j’ai été confrontée avant et pendant mes séjours de recherche à Hambourg. Pour tenter d’obtenir plus de documentation sur les familles étudiées ou pour avoir accès à un fonds protégé, il m’a fallu contacter les descendants de ces grandes familles hambourgeoises. Ce qui au début m’a paru intéressant d’un point de vue scientifique est vite devenu une difficulté : pour ces chefs de famille, souvent à la tête d’une association ou d’une maison de commerce familiale, le passé tient une place prépondérante dans leur définition identitaire personnelle ou collective, voire même commerciale. S’ils sont bien volontiers prêts à apporter une aide pour une meilleure connaissance scientifique de leurs ancêtres, il leur est difficile de se confronter à des visions sortant de l’histoire familiale traditionnelle. Lorsque je demandais par exemple à un descendant s’il avait des documents mettant en valeur le caractère franco-allemand de sa famille au XIXe siècle, il me répondit qu’elle était parfaitement intégrée et francisée dès la deuxième génération, tandis que d’autres sources trouvées aux archives suggéraient le contraire. Dans un autre cas, j’eus des difficultés à accéder à un fonds car le possesseur des droits ne connaissait pas mon université. Les différences culturelles et la prévalence de certains codes dans les anciennes familles patriciennes peuvent également représenter une difficulté dans ces tentatives de contact.

Ayant effectué d’autres séjours de recherche en Allemagne depuis dans le cadre de ma thèse, que je prépare à l’université de Berne, j’ai désormais mis en place quelques règles pour faciliter les relations avec les familles:

1) Toujours être précis lors d’un contact, en mentionnant l’université et le directeur de thèse. Plus la demande sera formelle, mieux elle sera acceptée.

2) Ne pas hésiter à demander au directeur de thèse une lettre d’accompagnement, d’autant plus qu’en Allemagne leur titre de docteur et de professeur a une valeur sociale plus importante qu’en France, permettant de faire tomber bien des barrières.

3) Éviter de donner trop d’informations précises sur sa recherche.

4) Si les archivistes se chargent eux-mêmes de contacter le possesseur des droits d’un fonds, vérifier avec eux qu’ils disposent des informations correctes sur l’université et le sujet de recherche (notamment si l’intitulé du sujet a changé depuis le début).

Enfin, le plus important me semble de prendre en compte la difficulté que peut représenter pour une famille les remises en cause formulées par la recherche. Cette compréhension peut se faire en gardant un œil de chercheur sur leur réaction, car prendre les identités multiples de familles patriciennes comme objet d’étude historique ne peut signifier être totalement détaché de questions identitaires se posant pour ces familles aujourd’hui.

  1. Espagne, Michel (1991) : Bordeaux – Baltique: la présence culturelle allemande à Bordeaux aux XVIIIe et XIXe siècles. Bordeaux (Éditions du CNRS). []
  2. Le nom de « Porte du Monde » (Tor zur Welt) est traditionnellement employé pour désigner Hambourg, tandis que l’expression « Port de la Lune » est associée à Bordeaux en raison de la courbe que décrit la Garonne au niveau de la ville. Voir par exemple Schramm, Percy Ernst (1952): Hamburg, Deutschland und die Welt: Leistung und Grenzen hanseatischen Bürgertums in der Zeit zwischen Napoleon I. und Bismarck: ein Kapitel deutscher Geschichte. Hamburg (Hoffmann und Campe), p. 5 et Higounet, Charles, dir. (1980): Histoire de Bordeaux. Toulouse (Privat), p. 162. []
  3. Je fais ici référence à Marzagalli, Silvia (1999) : Les boulevards de la fraude: le négoce maritime et le blocus continental, 1806-1813 : Bordeaux, Hambourg, Livourne.Villeneuve d’Ascq (Presses universitaires du Septentrion) et à Weber, Klaus (2004) : Deutsche Kaufleute im Atlantikhandel 1680-1830: Unternehmen und Familien in Hamburg, Cádiz und Bordeaux. München (Beck). []
  4. Tebbe, Jason (2008) : « Landscapes of Remembrance: Home and Memory in the Nineteenth-Century Bürgertum », Journal of Family History, 33, p. 195‑215. []

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.