Localiser un ouvrage dans une bibliothèque allemande à l’aide du Karlsruher Virtueller Katalog

Dans le domaine des bibliothèques, le système fédéral de l’Allemagne a pour corollaire qu’il n’existe pas, jusqu’à nos jours, de catalogue collectif allemand – à l’instar par exemple du CCFr en France – mais seulement des catalogues régionaux. Afin de pallier ce manque, un catalogue collectif virtuel a été lancé, en 1996, par la bibliothèque universitaire de Karlsruhe (aujourd’hui bibliothèque de l’Institut de technologie de Karlsruhe, KIT-Bibliothek) : le Karlsruher Virtueller Katalog (KVK).

Le KVK est un méta-catalogue ou moteur de recherche spécialisé qui permet actuellement l’interrogation simultanée de plus 70 catalogues et bases de données (voir  aussi ce billet sur la structure des bibliothèques en Allemagne :

  • les sept catalogues régionaux allemands
  • le catalogue de la bibliothèque nationale allemande (DNB) et de la bibliothèque d’État de Berlin (StaBi Berlin)
  • le catalogue collectif des bibliothèques publiques allemandes
  • des catalogues suisses et autrichiens
  • une trentaine d’autres catalogues nationaux d’Europe et du monde
  • plusieurs catalogues commerciaux de librairies
  • des catalogues et bases de donnés pour les médias numériques et des ressources électroniques en ligne, notamment pour l’Allemagne : la Bibliothèque numérique allemande (Deutsche Digitale Bibliothek), la Bielefeld Academic Search Engine (BASE), le Zentrales Verzeichnis digitalisierter Drucke (ZVDD)

KVK1

La sélection des catalogues à interroger se fait en bas de la page d’accueil. Le KVK permet de faire une recherche globale (Freitext) et/ou une recherche par titre, auteur, producteur, mot clé, année de parution, ISBN, ISSN, éditeur. Il est possible de limiter la recherche à des médias numériques (via la case « Nur digitale Medien suchen »), mais le KVK ne propose aucun filtre pour affiner la recherche en fonction de la langue de la publication, du pays ou lieu d’édition, du type de publication etc.

KVK2

En tant que méta-catalogue, le KVK achemine seulement la requête vers les catalogues sélectionnés, mais ne dispose pas de contenus propres. La quantité et la pertinence des résultats dépendent ainsi entièrement de l’accessibilité et des contenus des catalogues interrogés.

Si généralement les résultats sont très complets pour les catalogues allemands, la recherche n’aboutit pas forcément dans les catalogues étrangers. C’est par exemple le cas lors d’une recherche d’auteur s’il existe différentes formes du nom (notamment les transcriptions de noms à partir des alphabets non latins et les traductions des noms de personnalités historiques), ou différents modes d’interrogation des catalogues (« nom, prénom » ou « prénom nom »). L’usage de mots-clés s’avère encore plus problématique parce qu’il s’agit de termes tirés d’un vocabulaire contrôlé et attribués dans la langue du catalogue. L’interrogation du KVK par un mot-clé français ne produira donc le plus souvent aucun résultat dans les catalogues allemands, et vice versa. Il faut en outre considérer qu’il existe certaines règles pour l’utilisation des mots-clés : substantifs au singulier, recherche limité à un seul mot-clé etc. (voir ici pour des conseils d’utilisation des mots-clés dans les catalogues de bibliothèques allemandes). Une recherche par mot du titre peut mener plus directement au but si on a déjà une idée de l’ouvrage, mais elle ne donnera évidemment pour résultat que des ouvrages dans la langue choisie.

Pour l’illustrer par un exemple : Si je débute une recherche bibliographique sur les moines en occident, le mot-clé « Mönchtum » donne plusieurs centaines de titres dans chacun des catalogues allemands, mais un seul dans celui de la BNF et aucun dans les catalogues britanniques. Si maintenant j’essaie d’affiner ma recherche en combinant mon mot-clé avec un mot du titre, « monastères » afin de cibler les publications en langue française, j’obtiens moins de 20 titres dans chacun des catalogues allemands, zéro dans celui de la BNF, mais du coup plus de 400 dans le catalogue collectif britannique.

Le résultat de la recherche s’affiche comme une liste de titres triés par catalogue. En cliquant sur un des titres, on est redirigé vers le catalogue d’où provient la notice. Pour localiser un livre dans une bibliothèque, il faut ensuite accéder dans ce catalogue à la liste des bibliothèques qui en possèdent un exemplaire. Si donc l’on veut par exemple savoir si un livre est disponible dans une bibliothèque de proximité, il est utile de savoir de quel réseau les bibliothèques concernées font partie… et dans ce cas, il vaut probablement mieux d’interroger directement leur catalogue collectif régional. Comme la liste des résultats n’est pas triée en fonction des titres, l’affichage est à la fois redondante (le même titre apparaît plusieurs fois dans la liste s’il a été trouvé dans plusieurs catalogues) et hétéroclite (le même titre apparaît sous différentes formes en fonction des notices dans les catalogues interrogés).

L’intégration d’un nombre toujours croissant de catalogues depuis le lancement du KVK a surtout augmenté la quantité des résultats : au total, le KVK permet aujourd’hui de rechercher parmi plus de 500 millions de livres, revues et autres médias référencés. Comme instrument de recherche, le KVK est principalement utile pour localiser un ouvrage précis dans une bibliothèque. Pour une recherche bibliographique, en revanche, il ne représente pas un moyen suffisamment fiable pour garantir des résultats exhaustifs et pertinents. Le recours à des catalogues individuels et des bases de données spécialisées est souvent plus judicieux.


Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.