La presse de l’Empire allemand et la Zeitungsabteilung der Staatsbibliothek à Berlin

par Lise Galand

Un sujet de thèse qui nécessite de travailler sur la presse de l’Empire allemand

Doctorante depuis septembre 2014 en histoire et en études germaniques à l’université Paris-Sorbonne, je travaille sur la circulation de la notion d’encerclement dans l’espace public en Allemagne entre 1906 et 1914. A partir de l’étude de certains cercles et milieux, comme les milieux gouvernementaux, politiques, militaires et économiques, j’analyse qui sont les émetteurs et les récepteurs de la notion d’encerclement et pour quelles raisons cette notion a circulé dans l’espace public. L’objectif est ainsi d’analyser s’il y a eu avant 1914 une psychose collective qui aurait conduit toute une société à croire que l’encerclement représentait une véritable menace pour la survie de l’Allemagne et que la guerre était le seul moyen d’y mettre fin.

Pour réaliser cette thèse, je dois consulter essentiellement des archives, des organes de presse et des publications de l’époque portant sur la politique étrangère. Les archives permettent de travailler sur les raisons qui ont poussé certains acteurs de l’espace public à diffuser la notion d’encerclement ainsi que sur les moyens utilisés à cette fin. Elles peuvent aussi montrer comment la notion a été reçue par les récepteurs. Quant à la presse et aux publications de l’époque, elles renseignent sur les contenus véhiculés par les différents milieux sur lesquels porte ma thèse. La presse étant le moyen de communication qu’ils ont le plus utilisé, elle joue un rôle tout particulier pour mon sujet. Elle permet d’analyser de façon régulière comment chacun de ces milieux a défini l’encerclement et à quels moments la notion a été diffusée. La plupart des journaux intéressants pour mon travail n’étant pas consultables en France,[1] il a été nécessaire d’effectuer un séjour de recherche en Allemagne.

La Zeitungsabteilung der Staatsbibliothek de Berlin comme lieu de recherche

En Allemagne, les deux principales institutions qui permettent de travailler sur la presse sont l’Institut für Zeitungsforschung à Dortmund et la Zeitungsabteilung der Staatsbibliothek à Berlin. Comme je dois travailler à la fois sur des archives, des publications de l’époque et des journaux, j’ai choisi de me rendre à Berlin qui, par ses nombreux lieux d’archives et les anciens ouvrages que contient la Staatsbibliothek, permet de mener ces différentes recherches sans multiplier les déplacements. Par ailleurs, la Zeitungsabteilung der Staatsbibliothek possède plus d’organes de presse que l’Institut für Zeitungsforschung et ses horaires d’ouverture sont plus étendus. De plus, tout comme l’institut de Dortmund, il donne aux lecteurs la possibilité de scanner eux-mêmes les documents. Le prix à payer est de 10 euros, quelle que soit la quantité de pages scannées.

Une fois choisi le lieu de recherche, j’ai adressé des demandes de bourse à l’Institut franco-allemand de sciences historiques et sociales de Francfort (bourse de courte durée) et au CIERA (aide doctorale partielle pour un séjour de recherche). Mon séjour de recherche, d’une durée de six mois, a été rendu possible grâce au soutien de ces deux organismes.

La préparation en amont du séjour de recherche

De prime abord, travailler sur la presse de l’Empire allemand sur une période de neuf ans s’apparente à un projet pléthorique, surtout quand il s’agit d’étudier l’action de différents milieux sur l’ensemble du territoire allemand et de mettre l’accent sur la variété des positions partisanes. En 1911, près de 4 000 journaux étaient publiés dans l’Empire allemand[2] et, au vu de ces proportions, il a été indispensable d’effectuer en amont un travail de sélection.

La sélection chronologique

Pour rendre cette étude réalisable, il a fallu sélectionner entre 1906 et 1914 certains moments précis sur lesquels allait porter la consultation de la presse. J’ai choisi de travailler sur les crises internationales et les périodes électorales car elles donnent souvent lieu à de nombreuses discussions publiques sur les questions de politique étrangère et d’armement. Au sein même des périodes retenues, j’ai sélectionné certains jours en particulier pour lesquels il était nécessaire de procéder à une lecture plus fine. Par exemple, provoquant toujours un emballement médiatique, les discours de politique étrangère prononcés au Reichstag par le chancelier permettent d’étudier avec précision les phénomènes de circulation de la notion d’encerclement. Il faut ainsi y porter une attention toute particulière.

Il est possible d’effectuer ce travail de sélection grâce à certains ouvrages de littérature secondaire traitant de sujets connexes et grâce aux chronologies disponibles en ligne, comme celles proposées par LEMO (https://www.dhm.de/lemo/jahreschronik). Pour affiner ma sélection, j’ai aussi volontairement commencé par travailler en archives plutôt qu’à la Zeitungsabteilung der Staatsbibliothek : rendant parfois compte d’interventions publiques, les archives permettent de prendre facilement connaissance de certains moments qui ont mobilisé l’opinion.

La sélection des journaux

Pour effectuer la sélection des journaux, j’ai pris en compte les critères suivants : les thèmes traités par le journal, l’influence du directeur et du rédacteur en chef, le public visé, le tirage, les positions partisanes, le milieu représenté ainsi que les lieux de rédaction et de diffusion. Au final, je n’ai eu qu’une dizaine de journaux à consulter.

Les ouvrages suivants aident beaucoup au travail de sélection :

Dussel, Konrad (2004) : Deutsche Tagespresse im 19. und 20. Jahrhundert, Münster (Lit).

Kosch, Wilhelm, éd. (1963) : Biographisches Staatshandbuch : Lexikon der Politik, Presse und Publizistik, Bern, Munich (Francke Verlag).

Kürschner, Joseph (1902) : Handbuch der Presse. Für Schriftsteller, Redaktionen, Verleger, überhaupt für Alle, die mit der Presse in Beziehung stehen, Berlin, Eisenach, Leipzig (Hillger Verlag).

Orgill, Nathan (2009) : « Three and a Half Men » : The Bülow-Hammann System of Public Relations before the First World War, Duke (thèse non publiée, université de Duke), p. 360-365, http://dukespace.lib.duke.edu/dspace/handle/10161/1169.

Rieger, Isolde (1957) : Die wilhelminische Presse im Überblick 1888-1918, Munich (Pohl & Co.).

Wernecke, Klaus (1970) : Der Wille zur Weltgeltung. Aussenpolitik und Offentlichkeit im Kaiserreich am Vorabend des Ersten Weltkrieges, Düsseldorf (Droste), p. 317-324.

L’utilisation du catalogue général de la Staatsbibliothek

Parallèlement à ce travail de sélection, il s’est agi de vérifier la disponibilité des journaux à la Zeitungsabteilung der Staatsbibliothek. Les indications fournies par le catalogue général en ligne de la Staatsbibliothek menant parfois à confusion, il est nécessaire de donner quelques éclaircissements. Ci-dessus figure une partie des résultats obtenus suite à une recherche menée sur le Nationalzeitung. Les remarques portent sur les éléments surlignés en jaune.

illustration1

illustration2

(1) Le signe « [L] » indique que le fonds présente quelques lacunes. En l’absence de précisions supplémentaires, seuls quelques numéros sont manquants. Il faut ensuite regarder la ligne située en dessous (« Anmerkung ») pour voir quels sont les numéros qui, étant trop endommagés, ne sont pas consultables.

(2) La cote se terminant par MR indique que le document est aussi présent sous forme de microfilm. Dans ce cas, la règle veut que ce soit le microfilm qui soit consulté et non l’original.

(3) Dans certains cas, comme ici, ce ne sont pas seulement l’année et les mois des numéros disponibles qui sont indiqués, mais respectivement l’année du journal, l’année de parution et le numéro. Entre parenthèses figurent en plus le jour et le mois de parution du numéro concerné.

Comment faire face sur place au trop-plein d’informations ?

La grande quantité d’informations disponibles constitue une des principales difficultés à laquelle est confronté le lecteur une fois arrivé sur son lieu de recherche. Au départ, il peut avoir la sensation agréable de plonger littéralement dans l’Histoire et céder à la tentation de lire et retranscrire minutieusement tous ces événements qui semblent se dérouler sous ses yeux. Mais, pour des questions d’efficacité, il faut résister à cette tentation. A cette fin, j’ai établi une grille de lecture que j’emportais tous les jours et sur laquelle figuraient les principales questions auxquelles devait répondre mon travail sur la presse. Elle a guidé ma façon de lire les articles et de les prendre en note ; elle m’a aussi aidée à sélectionner les articles à scanner.

Grâce à cette grille, j’ai pu en effet me rappeler qu’il fallait distinguer dans mon travail l’étude du contenu des articles de celle de la fréquence à laquelle apparaissait la notion d’encerclement. En ce sens, il était inutile de travailler attentivement sur tous les articles de politique étrangère. Pour la question de la fréquence, il suffisait d’indiquer sur mon fichier de notes si la notion apparaissait souvent ou non, à quels moments en particulier des périodes étudiées et dans quels types d’articles (éditorial, brève, etc.). Nul besoin de scanner ces articles, ni de les lire de façon détaillée. Quant au contenu, il était souvent répétitif. Dès lors, pour chaque journal et pour chaque période, il suffisait de travailler en profondeur sur un ou deux articles représentatifs, voire trois ou quatre si le contenu évoluait au cours de la période étudiée. Scannant ces articles, je n’avais pas besoin de prendre des notes exhaustives. Quelques mots clés, répondant aux questions posées sur ma grille de lecture, suffisaient amplement. Par exemple, un des axes d’étude principaux de mon travail consiste à analyser dans quelle mesure l’utilisation de la notion d’encerclement ne serait pas seulement une façon de parler de la politique étrangère, mais aussi du régime politique allemand. Ainsi, si un article expliquait sur une page entière que l’Empereur Guillaume II avait par sa maladresse incité les autres puissances à encercler l’Allemagne pour contenir la menace qu’elle semblait représenter, il suffisait d’indiquer sur mon fichier : « encerclement : maladresse Guillaume II ». En scannant l’article, je m’assurais ensuite d’avoir à ma disposition toutes les informations supplémentaires dont j’allais avoir besoin pour rédiger ma thèse ; je me donnais aussi les moyens d’éviter les raisonnements trop schématiques auxquels aurait inévitablement conduit un travail de rédaction élaboré à partir d’une prise de note aussi succincte.

Sur place, je me suis souvent demandé si ce n’était pas une perte de temps de prendre des notes, même très brèves, dans la mesure où les articles pouvaient être scannés. Aujourd’hui, après avoir eu plusieurs fois à utiliser le résultat de mes recherches, je m’aperçois que la prise de notes constitue un gain de temps considérable sur l’ensemble du travail de thèse. En effet, quand je cherche des informations sur un thème que j’ai rencontré dans les journaux consultés, je sais exactement, grâce à mon fichier de notes, vers quels articles me diriger sans avoir besoin de relire l’ensemble des documents scannés. C’est ainsi que je recommanderais à ceux qui doivent faire des séjours de recherche très courts et qui sont dans l’impossibilité de prendre des notes sur place d’effectuer ce travail le soir même, tant qu’ils se souviennent encore du contenu des articles scannés dans la journée.

[1] Dans son article « Les actualités du passé. La presse historique germanophone numérisée », Annette Schläfer indique quels sites permettent d’accéder en ligne à d’anciens journaux germanophones, cf Schläfer, Annette, « Les actualités du passé. La presse historique germanophone numérisée », Germano-Fil, 27.04.16, http://germano-fil.hypotheses.org/2231.

[2] Stöber, Grunda (2000) : Pressepolitik als Notwendigkeit. Zum Verhältnis von Staat und Öffentlichkeit im Wilhelminischen Deutschland 1890-1914, Stuttgart (Franz Steiner Verlag), p. 27.


Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.