Séjourner aux archives du Bundestag. Panorama des sources parlementaires allemandes

par Agathe Bernier-Monod, doctorante en études germaniques, Université Paris-Sorbonne

Actuellement en troisième année de thèse à l’Université Paris-Sorbonne, j’ai effectué auparavant un master d’Études germaniques à l’ENS de Lyon et passé l’agrégation d’allemand. Ma thèse porte sur la tradition démocratique en Allemagne, notamment sur la continuité entre le Reichstag de Weimar et le Bundestag de Bonn. L’approche retenue est  biographique : je suis le parcours politique de 34 femmes et hommes, élus au Reichstag et au Bundestag, de leur naissance sous l’Empire jusqu’à la fin des années 1950. Ce travail interroge la façon dont ces députés vécurent les transitions politiques qui ébranlèrent l’Allemagne au début du XXème siècle, ainsi que leurs perceptions des évolutions de la culture parlementaire entre Weimar et Bonn. Je conjugue donc une approche sociologique retraçant leurs trajectoires avec une analyse de discours, permettant de saisir leur subjectivité.

A la veille de mon départ en archives en juillet 2015, j’avais déjà consulté une grande partie de mes sources. Je m’étais rendue à Bonn dans les fondations des partis politiques pour consulter les fonds personnels des parlementaires que j’étudie. J’avais rédigé l’introduction de ma thèse, précisé l’objet de recherche et arrêté les questionnements principaux. Je venais en outre de participer à l’atelier d’écriture du CIERA au Moulin d’Andé, qui m’avait fourni des outils facilitant la rédaction de ma thèse.

Lors de ce séjour de recherche, j’ai passé quatre semaines en Allemagne, dont une au Hauptstaatsarchiv de Stuttgart et trois au Parlamentsarchiv de Berlin. À Stuttgart, j’ai principalement consulté les papiers personnels de Reinhold Maier, qui fut le premier ministre-président du Bade-Wurtemberg. À Berlin, j’ai travaillé pendant trois semaines aux archives du Bundestag. L’objectif était d’analyser les procès-verbaux des commissions parlementaires dans lesquelles ont siégé les élus dont j’étudie le parcours. Je tire un bilan très positif de ce séjour, qui m’a permis de progresser dans la compréhension de mon sujet. De plus, j’ai eu l’occasion de présenter mon sujet de recherche devant les historiens de la Commission pour l’histoire du parlementarisme et des partis politiques (Kommission für die Geschichte des Parlamentarismus und der politischen Parteien, kgparl). Pour financer ce séjour, j’ai eu la chance de bénéficier d’une bourse de mobilité d’un mois allouée par le CIERA.

Les sources de l’histoire parlementaire allemande

Avant mon départ, j’avais examiné les ressources de l’histoire parlementaire allemande disponibles en ligne. Les comptes rendus des séances plénières du Reichstag comme du Bundestag sont ouvertes à la consultation. Des bases de données biographiques  regroupant la quasi-totalité des députés allemands sont aussi disponibles sur internet. En bibliothèque, une littérature secondaire très riche sur le parlementarisme et le système politique allemands est accessible, éditée notamment par la kgparl. Pour les premières décennies de la République fédérale, la plupart des comptes rendus de réunions des groupes parlementaires sont ainsi parus ou devraient paraître prochainement. Les protocoles des commissions du Reichstag de Weimar – ou du moins ceux qui ont survécu aux destructions de guerre – se trouvent dans l’annexe berlinoise des archives fédérales, à Lichterfelde. Le Parlamentsarchiv conserve essentiellement les rapports sténographiques des commissions de la République fédérale ainsi que des imprimés relatifs au travail parlementaire (projets de loi et propositions d’amendements). Il dispose également d’enregistrements audio et vidéo des séances plénières. Ces derniers ne peuvent pas être consultés sur place, mais peuvent être commandés à un tarif peu abordable (15€ les 15 minutes).

Aux archives du Bundestag

Au Parlamentsarchiv, j’ai examiné les procès-verbaux des commissions parlementaires des deux premières législatures, notamment ceux de la commission du budget, de la justice et du droit constitutionnel, du règlement du parlement (Geschäftsordnung) et du conseil des Anciens (Ältestenrat). Les minutes des réunions de commissions peuvent faire plusieurs centaines de pages pour une seule législature. Si les répliques des députés ou des représentants des ministères y sont restituées comme au théâtre, les réunions prennent généralement la forme de débats juridiques ardus. La chercheuse ou le chercheur risquent alors fortement de se perdre dans le détail des amendements. Il est donc indispensable d’avoir défini ses questionnements au préalable. Autrement, le séjour menace d’être à la fois pénible et infructueux. Dans tous les cas, il vaut mieux se préparer à des heures de lecture en diagonale.

Autre inconvénient, ce centre d’archives, situé dans l’un des bâtiments du parlement, le Marie-Elisabeth-Lüders-Haus, se caractérise par son manque d’accessibilité. Les horaires restreints de la salle de lecture, l’interdiction de faire des photos et le tarif élevé des reproductions nécessitent de prévoir un séjour prolongé pour voir un grand nombre de documents. La Pressedokumentation, qui se trouve dans le même bâtiment, bénéficie d’horaires d’ouverture plus étendus. Elle propose des revues de presse très utiles sur de grands thèmes ou des acteurs politiques. L’accès à la salle de lecture du centre d’archives est en outre soumis à des consignes de sécurité très strictes. Il faut contacter les archives plusieurs jours avant la première visite afin de laisser le temps à leurs collaborateurs de vérifier qu’on est habilité à y entrer. Une fois à l’intérieur, un archiviste vous accompagne systématiquement dans vos déplacements. Les employés nombreux sont aimables et serviables. Une question de ma part sur la compréhension d’une source a suscité la visite de plusieurs interlocuteurs jusqu’à l’obtention d’une réponse satisfaisante.

Conseils aux jeunes chercheuses et chercheurs en histoire politique avant un séjour de recherche à Berlin

Lors de la préparation de votre séjour, je vous recommande de contacter l’institut de recherche de la Commission pour l’histoire du parlementarisme et des partis politiques. Cet institut rassemble des spécialistes de l’histoire politique allemande, pour toutes les périodes et  tous les partis, qui peuvent être de bon conseil, tant pour la définition du sujet de recherche que sur l’historiographie. Les manifestations et les groupes de travail du Centre Marc Bloch peuvent aussi s’avérer intéressants. Une visite au Parlamentsarchiv peut enfin être complétée par un passage à la Staatsbibliothek de la Potsdamer Platz. Cette bibliothèque, dont l’architecture vaut le détour, offre un fonds exceptionnel en sciences humaines et sociales. Il est possible de s’y abonner pour un mois pour un montant de 12€.

Liens utiles à la recherche parlementaire

  • La Commission pour l’histoire du parlementarisme et des partis politiques (Kommission für die Geschichte des Parlamentarismus und der politischen Parteien, kgparl) organise des conférences et publie de nombreux ouvrages ayant trait à l’histoire politique allemande : http://www.kgparl.de/

 

 


Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.