Travail doctoral de terrain à Stuttgart, une géographe à la recherche de matériaux : la construction de mon corpus au travers de la ville

par Anaïs Volin

Retour dans la capitale du Land du BW

L’expérience de terrain que j’ai vécue durant l’été 2014-2015, m’a rappelé mon premier terrain de Master 1 géographie alors que je découvrais la fascinante ville de Stuttgart. J’ai en effet commencé mon approche géographique du Land, trop peu connu, du Bade-Wurtemberg (BW) par un travail de master 1 sur la macro-région Danube[1]. La méthode qualitative choisie consistait à mieux comprendre le rôle du Land du BW dans la construction de la macro-région Danube à travers des entretiens semi-directifs menés auprès des acteurs institutionnels. J’ai ainsi étudié un nouveau type de coopération en Europe, les macro-régions, du point de vue du pays en amont du fleuve Danube, élément physique reliant tous les Etats impliqués dans cette macro-région. Je retiens de cette première expérience l’établissement de liens académiques, avec d’une part mon accueil au sein de la faculté de géographie de Tübingen et d’autre part une prise de contact avec des acteurs institutionnels que j’ai rencontrés de nouveau en thèse.

J’ai passé mon année de Master 2 géographie entre la France et la République Tchèque, puisque j’étais étudiante Erasmus à l’Université Charles de Prague durant le semestre d’été. Cela m’a permis de faire mon terrain de Master 2. Je travaillais à Prague sur les lieux de productions cinématographiques sous l’angle de la compétitivité des territoires en Europe centrale[2]. L’approche épistémologique choisie était originale dans la mesure où je me suis intéressée à la géographie de la culture en considérant le film comme un produit marchand plutôt que d’adopter la posture de la géographie culturelle dans la lignée de Paul Claval. Durant l’année 2012-2013, le programme franco-allemand de recherches en SHS « Saisir l’Europe- Europa als Herausforderung » a débuté et trois contrats doctoraux ont été mis en concours en France. J’ai obtenu le contrat doctoral français de l’axe 2 « Développement durable-Nachhaltigkeit »[3], axe partagé entre la Goethe Universität de Francfort et l’Université de Lyon. Ma thèse de géographie s’inscrit dans l’UMR 5600 Environnement Ville Société et je participe au séminaire mensuel de l’atelier 6 « Faire territoire, faire société ».

Ma thèse porte sur la réhabilitation actuelle de la gare centrale de Stuttgart. Le projet Stuttgart 21 comprend un projet d’aménagement ferroviaire et un projet d’aménagement urbain présenté en 1994. Dans ce cadre, la gare centrale de la capitale du Land du BW, actuellement gare terminus, deviendra d’ici 2020 une gare traversante. Deux nouveaux quartiers sont en construction au nord de la gare ainsi qu’une nouvelle Ligne à Grande Vitesse. À terme, la gare de Stuttgart accueillera ainsi les trains de la nouvelle LGV entre Mannheim et Ulm via Stuttgart ainsi que la Magistrale européenne en provenance de Paris et à destination de Budapest. Face aux nouveaux aménagements proposés depuis la fin des années 1980 autour du projet de gare, un mouvement de contestation s’est mis en place afin que les travaux tels que proposés ne soient pas effectués.

Ce projet de « gare pour le XXIème siècle » fait déjà l’objet de nombreuses publications par des universitaires (sociologues, politistes ou professeurs en Information-communication), des acteurs politiques et des experts en architecture ou en ingénierie. Nous pouvons citer, entre-autres, les travaux de la sociologue Annette Ohme-Reinicke (Université de Stuttgart) ainsi que ceux de Frank Brettschneider (Pr en Communication à l’Université Hohenheim). Hormis les recherches de Marc Wolfram sur la question de la construction d’une ville régionale autour d’une LGV (avec, entre autres, Stuttgart pour cas d’étude), peu de travaux ont été publiés par des géographes.

La contestation autour de Stuttgart 21 (acteurs, répertoires d’actions) a déjà fait l’objet de recherches en SHS et afin de comprendre les enjeux spatiaux du projet, nous menons une analyse géographique centrée sur les territoires du projet et de la contestation. Notre approche est multi-scalaire (échelles locale, régionale, nationale et européenne) pour comprendre les liens entre les territoires du projet et les territoires de la contestation.

La méthode retenue pour ma thèse consiste en un croisement de données issues d’une enquête qualitative menée au cours de plusieurs campagnes de terrain : juillet 2014, été 2015, automne 2015 et d’autres courts séjours en 2016. Mon terrain d’étude se concentre à Stuttgart et dans sa région métropolitaine (Verband Region Stuttgart) d’une part et d’autre part autour d’Ulm et sa région métropolitaine (Regionalverband Donau-Iller). Je procède à des entretiens semi-directifs, pour la plupart en allemand, avec différents types d’acteurs concernés professionnellement et personnellement par le projet. Il s’agit d’acteurs institutionnels qui opèrent à l’échelle communale, à l’échelle des Verband Region[4], à l’échelle du Land du BW ou bien à l’échelle européenne. J’ai également pu m’entretenir avec des universitaires français et allemands (géographes, architectes, politistes) afin de compléter mes apports théoriques et bénéficier des retours d’expérience de certains qui avaient pris part à la mise en place du projet. Je tenais à rencontrer parallèlement des opposants au projet, experts dans leur domaine (architectes, conservateurs du patrimoine, géologues…) et impliqués dans les associations de contestation au projet (approche par le haut dite top-down, par les acteurs qui dirigent ces associations). Ce travail qualitatif s’accompagne d’un travail bibliographique fondé sur un corpus de littérature scientifique, de presse et de littérature grise en langues française, allemande et anglaise.

Un soin particulier est accordé au traitement statistique et cartographique de données quantitatives. Il s’agit d’une cartographie du projet à différentes échelles afin d’observer les liaisons entre les projets à l’échelle locale, régionale, nationale et européenne. Notre analyse multi-scalaire est ainsi présente dans l’enquête qualitative et dans l’enquête quantitative. Je procède à des analyses statistiques par l’intermédiaire de la constitution de base de données concernant les lieux de la contestation. Il s’agit d’une cartographie à grande échelle des lieux de la contestation dans le quartier de Stuttgart-Mitte. J’ai également recensé l’ensemble des initiatives d’habitants opposées au projet à l’échelle du Land afin de vérifier mes hypothèses de travail.

Séjour de recherche

Mon séjour de recherche effectué à l’été 2015 suit une longue phase bibliographique en France et partiellement en Allemagne où j’ai élaboré mes hypothèses de recherche, il ne restait plus qu’à les vérifier sur le terrain. Pour un géographe ces termes résonnent comme le début d’une période de découverte d’un lieu et de travail en immersion. Je connaissais déjà Stuttgart mais le fait d’y vivre pendant 3 mois m’a permis de réellement m’approprier les lieux. J’ai rapidement pris mes marques à Stuttgart grâce à mon accueil à la faculté d’Architecture et d’aménagement de Stuttgart[5]. L’équipe du Pr-Dr Jessen du Städtebau-Institut m’a tout de suite intégrée et donné d’excellentes conditions de travail. J’ai partagé la vie de cette équipe de recherche et plus généralement de l’université de Stuttgart de début mai à fin juillet 2015 sous un soleil de plomb.

Mon séjour a été motivé par la nécessité d’être au plus près des acteurs que je souhaitais rencontrer et au plus près des lieux du projet que j’ai pu observer. J’ai bénéficié des travaux menés par le Städtebau-Institut sur Stuttgart 21 et notamment des séminaires organisés dans les années 2000  par le Pr. Dr. Reuter de l’Institut für Wohnen und Entwerfen de la faculté d’Architecture et d’aménagement de Stuttgart. L’objectif était de réaliser un maximum d’entretiens semi-directifs à partir d’une liste d’acteurs que je souhaitais rencontrer et de ceux que l’on me conseillerait d’aller voir. J’ai pu compléter ma bibliographie en langue allemande grâce aux ressources de l’Université. Etant donné que le second semestre universitaire allemand se termine fin juillet j’ai assisté à deux séminaires réguliers, un séminaire de recherche pour les doctorants durant lequel j’ai présenté mon travail de thèse et un séminaire grand public sur les villes allemandes qui m’a permis d’étendre mes connaissances sur l’urbanisme des grandes villes allemandes.

Financement du séjour de recherche

La temporalité de ma mobilité a été motivée par le fait que le semestre d’été dans les facultés allemandes commencent en avril et se termine fin juillet/début août. J’étais donc au cœur du semestre ce qui me permettait de pouvoir assister aux séminaires des doctorants et au séminaire de la diffusion de la recherche (Stadtprofile). Les trois mois passés sur place ont été conditionnés par le calendrier universitaire français puisque j’assurais des TD de géographie pour des licences à l’Université Lumière Lyon 2, de mi-septembre à fin avril. Afin de financer mon terrain de recherche j’ai postulé en novembre 2014 pour une bourse de mobilité de courte durée proposée par le CIERA. J’ai obtenu une aide doctorale partielle, ayant par ailleurs un contrat doctoral, pour un séjour de recherche qui me permettait de financer mon logement et mes déplacements au sein du Land. Cette aide est conditionnée par l’établissement d’une lettre d’accueil dans une université pour l’intégralité son séjour. L’établissement d’un lien préalable avec une équipe de recherche dans le pays d’accueil permet d’organiser au mieux son terrain et de bénéficier du réseau des chercheurs sur place. Dans l’idéal le doctorant peut également avoir un bureau dans l’université, voire un poste informatique. Ce fut mon cas lors de mon séjour à l’Université d’Architektur und Stadtplanung. Je pense qu’il est préférable d’établir un contact avec une université étrangère avant même de faire la demande de bourse et donc la demande d’une lettre d’accueil. En effet, la justification de l’accueil dans une université pendant plusieurs mois paraît davantage recevable lorsque l’on a discuté auparavant de sa thèse et de son terrain avec le professeur qui s’engagera à nous recevoir. Pour ma part, j’avais pu rencontrer le Professeur Docteur Johann Jessen en juillet 2014 lors d’un premier terrain exploratoire. Nous avions échangé sur mon sujet de thèse et avions convenu d’un accord tacite pour un séjour de recherche en 2015.

L’obtention d’un financement pour une mobilité de terrain possède une vraie valeur ajoutée et il convient de se renseigner environ 1 an avant sa mission puisque la constitution et l’évaluation de votre dossier nécessite du temps. Concernant l’Allemagne, vous pouvez également postuler aux bourses du DAAD.

Analyse et réflexion : les ressources documentaires disponibles en Allemagne

Aperçu du paysage documentaire en Allemagne

Pour toute recherche universitaire en Sciences Humaines et Sociales et dans une optique de constitution de son état de l’art, je recommande de consulter les ressources papiers et électroniques de la Bundeszentrale für Politische Bildung (BPB)[6]. Des ouvrages sont disponibles particulièrement en science politique, en histoire, en sociologie et en géographie. Vous pouvez également prendre appui sur les publications des Landeszentrale für Politische Bildung (LPB) présentes dans chaque Land. Ces agences régionales proposent de nombreux ouvrages, revues, cartes et autres, le plus souvent gratuitement, afin d’informer les citoyens. Les sujets abordés sont très divers et largement en lien avec l’actualité, c’est pourquoi étudiants et doctorants pourront trouver des ressources intéressantes et de qualités. Vous trouverez une cartographie complète des LPB à l’échelle nationale à l’adresse suivante : http://www.bpb.de/partner/51452/landeszentralen-fuer-politische-bildung.

Lorsque vous serez sur le terrain dans le cadre de votre recherche documentaire, il est utile, comme en France, de mobiliser les ressources de différentes institutions à diverses échelles. Tout d’abord à l’échelle nationale je vous renvoie aux formations du CIERA sur la recherche documentaire en Allemagne ainsi que sur les billets déjà publiés sur Germanofil à ce sujet. Puis à l’échelle du Land vous pouvez consulter les ressources des Landesbibliothek[7] à l’exemple de la Württembergische Landesbibliothek située à Stuttgart. Ces bibliothèques possèdent des fonds d’archives conséquents (principalement en allemand) ce qui peut tout à fait compléter les recherches déjà effectuées en France. Enfin à l’échelle de la ville j’ai pu faire appel à deux autres instances. D’une part vous pouvez effectuer vos recherches dans les Stadtbibliothek, comme celle de Stuttgart qui bénéficie de fonds particulièrement fournis en tant que capitale du Land. D’autre part vous êtes également en mesure d’aller voir dans les mairies, particulièrement dans les villes, si celles-ci possèdent des Rathausbibliothek. Il peut advenir que la bibliothèque de la ville et la bibliothèque de la mairie se situent dans les mêmes locaux mais si cela n’est pas le cas il n’est pas inutile d’aller faire un tour dans les mairies. Je pense particulièrement aux étudiants et doctorants qui travaillent à partir d’archives et qui trouveront certainement d’autres ressources dans les bibliothèques de mairies.

Le travail de veille effectué dans les instances publiques nationales, régionales et municipales ne peut faire l’économie d’une recherche documentaire dans les bibliothèques universitaires françaises et allemandes. Les champs disciplinaires ne sont pas tout à fait équivalents en France et en Allemagne c’est pourquoi je ne pourrai pas aller plus loin sur ce sujet. La géographie se rapproche, par exemple, beaucoup plus de l’aménagement et de l’architecture en Allemagne qu’en France ; c’est pourquoi lors de mes recherches j’ai travaillé sur le fonds de la bibliothèque d’architecture[8].

Les apports de la méthode quantitative grâce aux ressources des services statistiques

Il est nécessaire en SHS et particulièrement en géographie de développer à la fois une méthode qualitative, comme vu précédemment, et à la fois une méthode quantitative. Dans la perspective du développement de méthode quantitative pour vos recherches il peut être utile et intéressant de s’appuyer sur le service de statistique allemand à l’échelle nationale ainsi que les déclinaisons à l’échelle des Länder. Vous pouvez trouver de nombreuses données socio-économiques à l’échelle du pays, du Land voire des communes ainsi qu’à d’autres échelles intermédiaires en fonction des Länder. Pour commencer vous pouvez trouver les données statistiques de bases dans les Statistisches Jahrbuch. Voici le site de statistiques du Bund : https://www.destatis.de/DE/Startseite.html. Voici l’exemple du site des services statistiques du Land du BW: http://www.statistik.baden-wuerttemberg.de/

Les outils cartographiques à disposition

Pour terminer, je vous propose un rapide tour d’horizon des ressources cartographiques disponibles. Dans le cas où vous souhaitez avoir accès à des données cartographiées directement vous pouvez vous référer aux sites statistiques, à l’échelle nationale ou régionale (cf infra. Pour les sites recommandés).

Si vous souhaitez réaliser vos propres cartes, il existe plusieurs ressources à partir desquelles vous obtiendrez des fonds de cartes (a priori gratuitement). A l’échelle nationale on trouve le Bundesamt für Kartographie und Geodäsie : https://www.bkg.bund.de/DE/Home/home.html; à l’échelle régionale, on peut se référer au Landesamt für Geoinformation und Landesentwicklung : www.lgl-bw.de (exemple pour le BW).

Les géographes apprécient également le site Geofabrik dans la mesure où l’on trouve des fonds de carte vierges à télécharger et à partir desquels on peut travailler dans des logiciels de cartographie. Vous trouverez des fonds par continent, état, région ainsi que des renvois vers d’autres sites qui proposent également des fonds de carte. Voici l’adresse : https://www.geofabrik.de/ (Geofabrik Download pour les fonds de cartes). À vos cartes…

[1] Volin A. (2012) L’implication du Land du BW dans la macro-région Danube. Mémoire de géographie M1, UMR 5600 EVS, ENS de Lyon. 150p.

[2] Volin A. (2013) La production cinématographique à Prague : vers une compétitivité des territoires en Europe Centrale. Mémoire de géographie M2, UMR 5600 EVS, ENS de Lyon. 197 p.

[3] Voir notre blog Hypothèses : http://nachhaltig.hypotheses.org/

[4] Equivalent d’une région métropolitaine en France

[5] Architektur und Stadtplanung Fakultät

[6] https://www.bpb.de/, qui pourrait être l’équivalent de la documentation française

[7] Bibliothèques régionales

[8] Etant donné que la faculté de géographie avait fermé quelques années auparavant et que les ressources documentaires dont j’avais besoin se trouvaient désormais dans la Fakultät Architektur und Stadtplanung


Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.