Enfin un portail pour les thèses en cours en Allemagne ?

Une question souvent posée lors de notre séminaire est : « Quel est l’équivalent de theses.fr en Allemagne ? ». Notre réponse « Il n’y en a pas, désolée » suscite évidemment toujours beaucoup d’étonnement, voire de l’incrédulité.

C’est vrai, c’est une des grandes lacunes dans les instruments de recherche académiques en Allemagne. Un fichier central des thèses en cours répondrait pourtant à un besoin fondamental des jeunes chercheurs. Or, la structure fédérale de l’Allemagne, attribuant aux Länder la souveraineté en matière d’enseignement supérieur et de la recherche peut être un obstacle institutionnel à la centralisation des données sur ce domaine.

Quelques organismes essayent de remédier à ce problème à l’échelle disciplinaires comme

Mais ces initiatives ne couvrent pas l’ensemble et de nombreuses disciplines ne disposent d’aucun outil permettant d’identifier les projets de recherches en cours. De plus, étant donné que la recherche devient de plus en plus interdisciplinaire, une approche par domaines ou disciplines pour ces répertoires de thèses ne paraît de toute façon pas vraiment satisfaisante.

L’exemple français theses.fr, qui permet à la fois de consulter les thèses soutenues, dans certains cas avec lien vers le texte intégral, et les thèses en cours de préparation, a justement inspiré un groupe d’étudiants à Mainz en Allemagne((2)). Il a crée l’entreprise Deutsche Dissertationsliste GmbH DDL en 2012 et développé le portail thesius.de, en ligne depuis 2014.

Serait-ce enfin LE portail ?

Lorsqu’on veut aller à la découverte de l’interface de recherche de thesius.de, on se heurte néanmoins à un obstacle. A la différence de theses.fr,  pour pouvoir interroger les données mises à disposition par le portail thesius.de, il faut se créer un compte et se connecter. La création du compte est gratuite, mais on doit obligatoirement indiquer un niveau d’étude ainsi qu’une université et une discipline de rattachement. Cela présuppose que toute personne susceptible d’être intéressée par une recherche de thèses est elle-même en cours d’études. Comme ce n’est pas mon cas, je dois faire semblant et usurper une identité d’étudiant…. Mais on comprend mieux pourquoi thesius.de était présenté à sa création comme « das Facebook der Doktoranden »((3)) .

Une fois qu’on a réussi à se connecter, on découvre que, grâce à un partenariat avec la Deutsche Nationalbibliothek, thesius.de offre une interface de recherche pour interroger toutes les thèses soutenues en Allemagne depuis 1960. Il est envisagé à moyen terme de remonter à 1948((4)). Les services offerts par la DNB comme les liens vers le pdf plein texte et le sommaire numérisé sont déjà intégrés.

Cette interface permet d’effectuer une recherche par mot du titre, par auteur, par université et par date de soutenance.

Les filtres ouvrent des possibilités d’interrogations plus larges par disciplines ou niveaux d’études des travaux de recherche (bachelor, master, thèse, habilitation).

Pour cibler les travaux en cours, l’interface de recherche n’est pas très claire. On cherche vainement un critère ou un filtre permettant de cibler cette recherche. Finalement, le filtre « Nur Thesius-Nutzer » enlève toutes les thèses soutenues, c’est-à-dire les informations importées dans thesius.de via la Deutsche Nationalbibliothek, mais ce filtre ne correspond pas au critère « thèse en cours ».

Le nombre d’utilisateurs actuel se situe autour de 10.000((5)) et le nombre de travaux universitaires recensés est estimé à 2 millions par le portail, ce qui paraît impressionnant et très encourageant.

Après quelques recherches « tests », on constate néanmoins un problème d’actualisation de la base de données: des travaux sont annoncés comme « laufend » (donc « en cours ») avec année de soutenance prévue pour 2014 par exemple.

Un autre problème qu’on remarque dans cette plate-forme est le problème des doublons pour les thèses soutenues. Comme les informations proviennent, d’un côté, de la saisie des utilisateurs et, de l’autre côté, d’une importation de données de la part de la Deutsche Nationalbibliothek, il serait nécessaire de pouvoir détecter automatiquement lorsqu’il s’agit de la même information et de la présenter qu’une seule fois dans les listes de résultats.

 

On se rend compte donc assez vite que le système présente un défaut assez sérieux d’administration et de suivi. Il se pose la question de savoir si un tel portail national et interdisciplinaire peut être mis en place et entretenu par une société privée((6)) ou plus précisément par les utilisateurs mêmes sur la base de leur seul volontariat. Un répertoire sans obligation pour l’inscription des nouvelles thèses ne peut atteindre l’exhaustivité qui est néanmoins le critère incontournable, le gage de qualité pour un tel projet.

Mais les gérants de la plate-forme sont sûrement conscients de cette problématique. Ils ont, par ailleurs, déjà noué de très importants partenariats avec les institutions académiques comme le montre cette liste sur le portail.

Ce n’est donc pas encore LE portail, mais l’idée est bonne et on ne peut qu’encourager les étudiant-e-s, doctorant-e-s et chercheur-e-s à s’inscrire sur thesius.de.

Les autres aspects et fonctionnalités qu’offre ce portail sont pourtant enthousiasmants et dépassent le modèle français de theses.fr  :

Les services sont bien pensés autour des trajectoires d’étudiants de tous niveaux. Toutes les étapes des travaux universitaires sont prises en compte :

  • un blog avec trucs et astuces, informations pratiques et utiles pour la rédaction d’un mémoire et la gestion de projet
  • un forum d’entraide, de partage d’expériences et d’échange
  • une rubrique « Umfragen » pour faire connaître des enquêtes et sondages réalisés pour des travaux d’études et de recherche afin de trouver des participants

… et en connexion avec le monde du travail et l’insertion professionnelle

  • une rubrique qui recense – moissonnés sur Internet ou publiés directement sur le portail – des sujets de recherche ou de travaux de fin d’études proposés par des entreprises ou des institutions de recherche
  • une bourse à l’emploi (du petit job pour financer ses études au CDI)

 

 

 

 

  1. https://germano-fil.hypotheses.org/1697#thesesencours []
  2. Jennifer Antomo, Michael Grupp et Tim Conradi (http://www.uni-mainz.de/presse/62711.php) []
  3. http://www.zeit.de/studium/uni-leben/2014-03/Promotion-Austausch-Plattform  []
  4. http://www.bszonline.de/artikel/thesius-ist-kein-griechischer-held []
  5. http://gruender.wiwo.de/thesius-netzwerk-fuer-doktoranden/ []
  6. On se pose aussi la question de la licence et de l’utilisation des données : sur theses.fr / Mentions légales on peut lire : « L’ABES ayant adopté la licence ouverte Etalab pour les données produites par les membres des réseaux qu’elle anime, la réutilisation des données de theses.fr est libre et gratuite sous réserve du respect de la licence ouverte de la mission Etalab. », quid pour thesius.de ? []

Annette Schläfer

Annette Schläfer est documentaliste et webmaster au CIERA.

More Posts

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.