Les ressources cinématographiques en Allemagne

Etudier la trajectoire sociale d’un réalisateur allemand d’origine étrangère

Je me suis pour la première fois intéressée au sujet « Cinéma et immigration » alors que je travaillais à Génériques. Cette association, spécialisée dans l’histoire et la mémoire de l’immigration, avait organisé en 2010 un colloque intitulé « Images et représentations des Maghrébins dans le cinéma en France ». Les actes du colloque ont ensuite été publiés dans la revue Migrance (n°37, 2011) et les interventions des participants mises en ligne dans le catalogue Odysséo. Admiratrice des productions du réalisateur allemand d’origine turque Fatih Akin, j’ai pu constater qu’aucune étude d’ampleur ne s’était intéressée à établir une comparaison entre les différentes représentations de l’immigration en Allemagne et en France. Issue d’une formation en littérature et en histoire, que j’avais complétée par un master de journalisme à Sciences Po, j’ai donc entamé un second master d’histoire à l’EHESS, avec pour objectif de comparer dans mon mémoire les images de l’immigration maghrébine en France et de l’immigration turque en Allemagne, du début des années 1980 à la fin des années 2000. Sur les conseils du professeur Gérard Noiriel qui a accepté d’encadrer cette recherche, j’ai peu à peu réorienté mon sujet de mémoire en adoptant une démarche socio-historique.

Des représentations de l’immigration aux parcours des cinéastes d’origine étrangère

J’avais décidé, pour ma recherche de master, de porter une attention particulière aux « hommes en chair et en os[1] », ces auteurs des images en mouvement que sont les cinéastes. Les travaux réalisés jusqu’ici sur la thématique « Cinéma et immigration » sont principalement centrés sur la problématique des représentations. Tout en prenant en compte dans mon travail les images produites par Abdellatif Kechiche en France et Fatih Akin en Allemagne, les deux réalisateurs que j’avais choisi de mettre au centre de mon mémoire en raison de leur notoriété, j’ai décidé d’étudier avant tout les trajectoires sociales et professionnelles de ces cinéastes. Je cherchais à comprendre la manière dont ils avaient accumulé un capital symbolique dans le monde cinématographique et comment ils avaient pu renouveler l’image des immigrants. Je continue actuellement ce sujet en thèse en partant des années 1970 et en m’intéressant aux trajectoires de réalisateurs issus d’autres immigrations que celle maghrébine en France et turque en Allemagne. J’étudie ainsi les parcours dans le champ cinématographique d’immigrants et d’enfants d’immigrants ayant cherché à faire de la réalisation leur activité principale.

De la production à la réception des films

J’ai effectué mon premier séjour de recherche dans le cadre du master, financé par une aide au terrain de l’EHESS, en octobre 2014. Il a été suivi par un second séjour financé par le CIERA en mars 2015. Grâce à une aide doctorale complète du CIERA, je suis actuellement en Allemagne pour une durée de quatre mois. Avant mon premier séjour en Allemagne, je m’étais fixé pour objectif de réaliser des entretiens avec Fatih Akin et d’autres réalisateurs de la mouvance « germano-turque », de me rendre à la Deutsche Kinemathek à Berlin et au Deutsches Filminstitut à Francfort-sur-le-Main qui conservent à la fois les copies de certains films que je voulais visionner mais aussi les archives concernant la carrière de Fatih Akin et de ses productions tels les dossiers de presse, les critiques de presse des journaux et celles des revues spécialisées. Mon ambition était également de consulter les documents ayant trait aux financements des œuvres en me rapprochant des principales sociétés de production des films de Fatih Akin, Wüste Film Produktion et Corazón International. Enfin, je souhaitais consulter les entretiens audiovisuels accordés par Fatih Akin aux médias radiophoniques et télévisuels et les reportages rendant compte de la sortie de ses films par le biais du Deutsches Rundfunkarchiv  à Francfort-sur-le-Main.

Un accès difficiles au réalisateur et aux sociétés de production

Avant mon premier séjour de recherche en octobre 2014, j’ai pu bénéficier pendant deux mois d’une bourse pour un cours de langue octroyée par le DAAD. Ces quelques semaines m’ont permis de me familiariser avec le paysage documentaire allemand que je ne connaissais pas. La conservation des archives cinématographiques est beaucoup moins centralisées qu’en France et la production cinématographique allemande est dispersée entre différentes institutions comme la Deutsche Kinemathek, le Deutsches Filminstitut ou encore le Bundesarchiv-Filmarchiv.

J’ai pris parallèlement contact avec les sociétés de production afin d’obtenir des entretiens avec Fatih Akin et les autres agents du champ cinématographique ayant travaillé avec lui. Je n’ai malheureusement pas pu réaliser ces entretiens malgré mes relances successives auprès de l’attachée de presse du cinéaste. Cette difficile approche des réalisateurs, parfois très connus et peu disponibles (à cette époque Fatih Akin était en pleine promotion de son dernier film The Cut) a constitué un véritable obstacle pour mes recherches. Toutefois, j’ai pu réaliser un entretien avec le réalisateur d’origine turque Thomas Arslan, ce qui montre que ce qui est difficile n’est pas impossible. Je me suis aussi entretenue (assez brièvement) avec l’acteur principal du film Gegen die Wand, Birol Ünel que j’ai rencontré dans le quartier de Kreuzberg à Berlin. Les sociétés de production des films de Fatih Akin n’ont pas répondu à mes demandes d’entretiens et de consultations des documents concernant la phase de production des longs-métrages.

Les ressources de la Deutsche Kinemathek

Pour parer à ces problèmes nés principalement du fait que je cherchais à me procurer des documents auprès de sociétés privées, j’ai tenté de chercher les informations qu’il me manquait par d’autres moyens. Fatih Akin est un réalisateur très connu et il n’était pas difficile de retracer ses étapes de carrières et les motivations qui l’ont animées dans la réalisation de ses films grâce aux entretiens qu’il a accordés dans les journaux. Le Deutsches Filminstitut et la Deutsche Kinemathek archivent ainsi les coupures de presse concernant de nombreux cinéastes. A la bibliothèque de la Deutsche Kinemathek, les articles sont classés par personne, film et institution, ce qui s’est avéré très pratique pour mes recherches. La bibliothèque archive également de nombreuses revues de cinéma allemandes et internationales, dont les deux plus connues sont Filmdienst et epd Film[2]. Pour retrouver les articles dans ces revues, il est possible de faire des recherches dans le catalogue de la Fédération internationale des archives du film (FIAF). Enfin la bibliothèque conserve un grand nombre de livres sur le cinéma et de nombreux DVD des films qu’il est possible de consulter sur place ou d’emprunter et que l’on peut retrouver grâce au catalogue de la bibliothèque. J’ai glané des informations concernant le financement et la production des films dans la catalogue Filmportal mais aussi dans les dossiers de presse conservés dans un autre département de la Cinémathèque, le Schriftgutarchiv, qui conserve également d’autres archives écrites comme les scénarios. Il est à noter que la Deutsche Kinemathek est divisée en plusieurs départements d’archives : Filmarchiv, Fotoarchiv, Filmtechnik-Archiv, Kostum & Set-Design, Plakate…

Le Deutsches Rundfunkarchiv (DRA) et le paysage fédéral de la radiodiffusion allemande

Une des erreurs principales que j’ai faite est d’avoir pensé que l’accès aux archives audiovisuelles était le même en France et en Allemagne. Contrairement à ce qui se pratique de manière centralisée à l’Institut national de l’audiovisuel (INA) en France et rendu possible par le dépôt légal qui inclut les productions audiovisiuelles, il n’est pas possible de consulter les émissions au Deutsches Rundfunkarchiv (DRA).

Ce dernier est reparti sur deux sièges :

  • Potsdam où on peut consulter les archives de la télévision de la RDA
  • et Francfort-sur-le-Main où sont archivés les documents audio-visuels du début de la production audio-visuelle jusqu’à 1945

Pour les archives de la télévision et de la radio de la République fédérale allemande, le Deutsches Rundfunkarch en tant que fondation liée à la fédération des chaînes publiques régionales allemandes (Arbeitsgemeinschaft der öffentlich-rechtlichen Rundfunkanstalten der Bundesrepublik Deutschland, ARD) ne fournit qu’une liste des émissions liées à un sujet spécifique. Il faut ensuite s’adresser aux radios et aux chaînes de télévision allemandes régionales pour consulter les émissions qui nous intéressent, car l’archivage se fait de façon décentralisée auprès des chaînes régionales. Pour mon mémoire, je n’ai ainsi pas eu le temps de contacter les chaînes de radio et de télévision et de consulter les émissions concernant Fatih Akin. Pour constituer mon corpus de doctorat, je suis donc particulièrement attentive aux délais nécessaires pour accéder aux archives audiovisuelles.

Quelques outils de recherche pour les recherches sur le cinéma

  • Le catalogue Filmportal, créé par le Deutsches Filminstitut, fait la recension des films allemands et des personnes prenant part à l’industrie cinématographique outre-Rhin. Il permet de retrouver les équipes ayant travaillé sur les films et la manière dont ces derniers ont été financés. Filmportal m’est actuellement très utile en thèse pour repérer les réalisateurs que je souhaite inclure dans mon corpus d’étude. En effet, il n’existe pas en Allemagne de liste exhaustive des réalisateurs ayant produit un film en Allemagne, comme on peut en trouver en France au Centre nationale de la cinématographie et de l’image animée (CNC). Filmportal propose également des fiches introductives très complètes, par exemple sur la thématique « Kino und Migration».
    Catalogue Filmportal : http://www.filmportal.de/
  • Les chiffres d’entrées en salles sont consultables sur les sites de la Spitzenorganisation der Filmwirtschaft (SPIO), une organisation représentant les intérêts de l’industrie allemande du cinéma, et du Verleihkatalog lié à la revue professionnelle Filmwoche. Ces deux sites sont consultables sur abonnement à la Deutsche Kinemathek.
    Site Internet de la SPIO : http://www.spio.de/?seitid=2&tid=2
    Site Internet du Verleihkatalog: https://www.verleihkatalog-online.de/
  • Il est à noter que la SPIO a refusé de me communiquer les chiffres d’entrées à l’étranger mais il est possible de connaître ces chiffres en ce qui concerne l’Europe grâce au catalogue LUMIERE, une base de données sur les entrées des films distribués en Europe créée à la d’une demande du Comité consultatif de l’Observatoire européen de l’audiovisuel.
    Catalogue Lumière : http://lumiere.obs.coe.int/web/search/index.php,
  • Le catalogue Cinomat, proposé par la revue Filmdienst, propose une base de données de films et de réalisateurs, ainsi que le archives de la revue, accessibles également à la Deutsche Kinemathek.

 

 

[1] Noiriel, Gérard (2006) : Introduction à la socio-histoire. Paris (La Découverte), p. 4.

[2] De tendance protestante et ayant succédé à Evangelischen Filmbeobachters, epd Film est un magazine allemand dédié au cinéma. Il a été créé en 1984 et il est publié tous les mois. Le bi-mensuel Filmdienst constitue son pendant catholique.

 


Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.