Suggestion du jeudi: Le guide électronique du Service International de Recherches (Internationaler Tracing Service/ ITS)

Le Service International de Recherches/International Tracing Service (ITS), établi depuis 1946 (1948 sous son nom actuel) à Arolsen en Hesse, vient de mettre en ligne un guide électronique des différents types des documents conservés dans ses archives. Ces ressources – près de 30 millions de documents individuels – constituent l’un des plus importants fonds concernant les victimes civiles du régime national-socialiste. Depuis 2013 ce fonds fait partie du patrimoine documentaire mondial de l’UNESCO „Mémoire du monde“. Sa fonction première est de permettre de retracer les destins des victimes du nazisme afin de fournir des informations aux proches, qui peuvent s´adresser à l´ITS à travers son site (voir ici et ici). Le fonds sert toutefois de plus en plus à des recherches individuelles, à la fois des recherches des descendants des victimes et celles des historiens (les archives de l’ITS on été ouvertes à la recherche historique en 2006). Le fonctionnement de l´ITS, longtemps supervisé par une Commission Internationale composée des représentants de 11 pays et dirigé par le Comité International de la Croix-Rouge (CICR), est assuré depuis 1990 exclusivement par l’Allemagne (pour en savoir plus sur l’histoire de l’ITS, cliquer ici). Depuis le retrait du CICR de la direction de l’ITS à la fin de 2012, l’institution a comme partenaire les archives fédérales allemandes. Afin de faciliter des recherches dans ses fonds d’archives, l’ITS mène une politique active de numérisation (voir sa collection numérique) et cherche à développer de nouveaux outils de recherche. Le guide électronique mis à disposition en 2018 détaille ainsi les différents documents permettant de  retracer les destins des victimes et les replace dans leur contexte d’origine.

Vu que l’ITS conserve trois grands groupes de documents (les documents provenant des camps de concentration, les documents concernant le travail forcé et les documents concernant les „displaced persons“ après la guerre), la page d’accueil du guide propose des entrées permettant d’accéder uniquement aux documents de l’un de ces groupes. En cliquant sur les ressources affichées, le chercheur peut accéder ensuite aux informations sur le document en question, sa fonction, les situations dans lesquelles on l’établissait et le sens des différentes annotations qu’on y apposait.  En choisissant parmi les documents la carte avec numéro attribuée au prisonnier à son arrivée dans le camp de concentration, on trouve par exemple des explications concernant sa fonction et son usage (par ex. la pratique de réemploi de la même carte pour des prisonniers successifs). Ces informations sont complétées par les explications sur la façon dont ces cartes sont conservées  dans les archives de l’ITS et les éventuelles lacunes ainsi que par des conseils de recherche pour les personnes qui s’intéressent à ce type de document. A travers un lien on peut en plus accéder aux explications générales concernant les documents établis dans les camps de concentration.


Kaja Antonowicz

Kaja Antonowicz ist Dokumentalistin. Sie arbeitet in der Bibliothek des Deutschen Historischen Instituts in Paris.

More Posts

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.