Suggestion de jeudi: Lost-Art, la base de données pour les pillages nazis et l’art pillé

par Isabelle Christiani

Base de données Lost Art, la site Internet

Après la découverte du « Schwabinger Kunstfund », en 2013 et l’affaire de la collection d’art de Hildebrand Gurlitt et de son fils Cornelius Gurlitt, un large public a pris conscience, dans le monde entier, du problème de l’art pillé par les nazis. Mais déjà en avril 2000, la base de données « Lost-Art » avait été mise en ligne par le « Deutsches Zentrum Kulturgutverluste », le Centre allemand pour la perte des biens culturels à Magdebourg. « Lost-Art » est le produit de la Déclaration commune des Länder en 1999, laquelle prévoyait l’établissement d’une liste de recherche et d’annonce publique conformément aux Principes de Washington de 1998. Voir la Déclaration commune ici.

L’objectif de la base de données est la documentation des biens culturels recherchés et retrouvés afin d’obtenir leur restitution.  Les objets culturels en question ont disparu pendant la Seconde Guerre mondiale en raison de persécutions, d’expulsions et dans un contexte d’injustice. Le but est de réunir les anciens propriétaires ou héritiers d’objets disparus et les propriétaires actuels et de négocier une solution juste et équitable. La prise de contact peut se faire soit personnellement, soit par l’intermédiaire de représentants tels que des avocats ou par le Centre lui-même.

Liens Recherche et Rapport

Si un musée, une institution ou un particulier découvre un objet dont la provenance est incomplète ou incertaine entre 1933 et 1945 et qui aurait pu changer de mains dans un contexte d’injustice, il signale cette découverte dans la base de données. Les responsables vérifient la plausibilité des données, puis ils mettent en ligne une annonce de découverte. Après ils les mettent en ligne sous « Meldung/Fund ». Réciproquement, les musées et les particuliers peuvent déclarer des biens culturels disparus, visibles sous la rubrique « Meldung/Suche ». La fiabilité des données sera également vérifiée ici.

Les demandes et les rapports de recherche sont triés par ordre alphabétique par pays et par individu. Toutefois, le lien « Suche » (Recherche) permet de rechercher directement un nom ou un titre spécifique.

” Rapport/ Trouvaille ” – Galerie de Offices

Si, par exemple, on sélectionne “Meldung / Fund” (Rapport / Trouvaille), une autre page avec la distinction entre institutions et personnes privées se présente. Sous la catégorie « Italie », la rubrique « Galeria degli Uffizi / Uffizi » apparaît. Sous l’onglet « Objektgruppen » (Groupes d’objets), on trouve « Malerei (1 Objekt) 1944 » (Peinture (1 objet) 1944). Pour plus d’informations, on peut cliquer sur la typographie en surbrillance. La page suivante indique les plus récentes informations sur le tableau recherché. Ici sont signalés : le nom de l’objet, le numéro d’inventaire, le type d’objet, l’artiste, le matériel et la technique, les mesures et le Lost Art-ID. De plus, une photo a été ajuotée pour une meilleure identification.

En outre la base de données permet de s’informer sur la collection Gurlitt en consultant la base de données Lost Art. Cette section contient les rapports de clôture sur la provenance de certains objets d’art, les livres de compte et les listes d’inventaire de Gurlitt, ainsi que d’autres documents numérisés. Le site s’adresse donc non seulement aux conservateurs et aux institutions ainsi qu’aux personnes concernées, mais aussi aux chercheurs scientifiques et à un public intéressé.

Pour ceux qui ne se sont pas encore familiarisés avec le sujet, la section « Modul Provenienzrecherche » (Provenance Research Module) propose une première introduction à la recherche de provenance et explique la différence entre « NS-Raubkunst » (objets culturels confisquées à la suite de persécutions nazies) et « Beutekunst » (biens culturels déplacés pendant la guerre).

Les deux catégories présentent d’autres liens vers des sites Internet ou des documents de recherche, tels qu’une chronologie des lois qui ont servi à exproprier et à opprimer la population juive en Allemagne à partir de 1933.

Dans la rubrique « Downloads », divers documents, guides et matériels aideront à vérifier les biens culturels dans un premier temps.

La base de données Lost-Art répertorie des rapports nationaux et internationaux. Il est à noter que la France ne figure pas dans la liste des pays. En France, le site de Rose Valland et les Musées Nationaux Récupération sont des bases de données presque similaires pour l’art spolié pendant la guerre. Sven Ködel a écrit un article à ce sujet sur Francofil en 2013. On peut donc supposer que la France et les États qui gèrent leur propre base de données ne sont pas répertoriés dans la base Lost-Art. Lors de la conférence « 20 ans de principes de Washington » en novembre 2018 les chercheurs ont exigé la mise en réseau de différents centres de recherche et bases de données. Une fusion de toutes les données aiderait à faire parvenir à leurs propriétaires légitimes tous les objets culturels enlevés illégalement. D’ici là, Lost-Art restera la base de données la plus importante d’Allemagne pour les pillages nazis et l’art pillé.

dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

More Posts


Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.