Un séjour de recherche aux Archives Adorno de Berlin en temps de COVID-19

par Aurélia Peyrical

Ancienne de l’ENS, agrégée de philosophie, doctorante à l’université Paris-Nanterre

Dans le cadre de la thèse de doctorat que je prépare sous la direction du Pr. Emmanuel Renault depuis septembre 2016, en tant que doctorante contractuelle chargée de cours, le CIERA m’a offert une bourse de deux mois (mars-avril 2020) afin de compléter par un travail de terrain le premier chapitre de ma thèse. Cette bourse devait me permettre d’effectuer dans de bonnes conditions un séjour de recherche aux Archives T.W. Adorno de Berlin. L’urgence sanitaire décrétée dès la mi-mars, en France puis en Allemagne, a touché ce projet de plein fouet. Grâce à la solidarité de mes proches, j’ai pu prolonger mon séjour, et je réside encore à Berlin actuellement. Malgré toute leur bienveillance et leur soutien à distance, l’ensemble des personnes et institutions qui encadrent mon travail se sont montrées malheureusement impuissantes face aux fermetures des lieux me donnant accès à un milieu de travail stimulant.

Pour parvenir à poursuivre mes recherches je me suis tournée, comme l’ensemble de la communauté universitaire internationale me semble-t-il, d’abord vers les plateformes officielles, encore plus qu’à l’ordinaire (Cairn, Jstor, Wiley Library, etc.), puis, faute de trouver les ouvrages nécessaires à ma recherche, vers certains sites internet « pirates », qui permettent d’obtenir de nombreux ouvrages (parfois malheureusement à l’encontre des droits d’auteurs). Certains ouvrages néanmoins restaient indisponibles, et j’ai eu recours, pour tâcher de les trouver, à des groupes qui se sont formés à l’initiative d’internautes du monde entier dès l’entrée en vigueur des mesures de confinement. La création du groupe Facebook français « La bibliothèque solidaire du confinement » (plus de 60 000 membres aujourd’hui) a permis à des milliers de personnes la fois d’échanger un grand nombre de ressources et de se sentir entourés virtuellement. Le groupe m’a d’entrée de jeu semblé particulièrement efficace, extrêmement bien modéré par les administratrices et administrateurs, et s’est révélée une communauté de brillants esprits aussi réactive qu’érudite et bienveillante. Cependant, bien qu’il se soit au départ orientée strictement vers les chercheuses et chercheurs (du master à la thèse et au-delà), le groupe a perdu un peu d’intérêt à mes yeux à mesure que des demandes moins précises que celles de matériaux de recherche devenaient plus fréquentes (ex : conseils de matériaux à lire pour tel cours en  L3, ou pour rédiger tel petit mémoire, avis sur le choix du thème du mémoire, etc). Si l’intérêt de ces demandes ne fait pas de doute à mes yeux, elles auraient peut-être trouvé leur place dans un groupe dédié. Je le consulte moins régulièrement depuis quelques temps, d’autant que plusieurs de mes demandes n’ont malheureusement pas abouti. Cela tient probablement à ce que les articles ou documents d’archives que je recherchais (et recherche encore) étaient très spécifiques (par exemple concernant un numéro papier de la revue Les Temps Modernes de 1950, dont il n’existe pas à ma connaissance de numérisation). Son équivalent allemand pour les sciences humaines, « Geistwissenschaftliches Büchernetz » (un groupe beaucoup plus petit, environ 1 500 membres), m’a été très utile pour trouver certains ouvrages ou articles germanophones récents, mais il n’a ni l’ampleur ni la dimension de communauté du groupe francophone. Peut-être existe-t-il d’autres groupes ou plateformes de partage germanophones, mais ni moi ni mes ami-e-s étudiant-e-s ou doctorant-e-s allemand-e-s n’en avons eu connaissance.

Comme je ne dépendais d’aucune institution allemande directement, je n’ai pas été contactée ou suivie par l’une ou l’autre d’entre elles. Les bibliothèques comme la « Stabi » (la Staatsbibliothek) à Potsdamer Platz ou, plus proche de chez moi, la Pablo Neruda Bibliothek (la bibliothèque publique de mon quartier, où je travaillais le week-end) ont proposé, après plusieurs semaines (fin mai, il me semble), un prêt en ligne, sans pour autant ouvrir leurs portes aux consultations sur place. Bien qu’étant inscrite dans ces bibliothèques, je ne me suis pour le moment pas servi de cette offre, ayant à ce moment-là déjà pu rassembler la majorité des ouvrages dont j’avais besoin, sous forme numérique principalement. Je n’exclus pas bien sûr de me tourner vers elle si je devais avoir, d’ici à la fin du mois, besoin d’un ouvrage germanophone inaccessible autrement.

Du côté des institutions françaises en revanche, j’ai été presque immédiatement contactée par le CIERA, pour faire le point sur la situation et me demander si je souhaitais décaler les dates de ma bourse. L’université Paris-Nanterre a également communiqué très rapidement avec l’ensemble des personnels et étudiant-e-s à l’étranger, leur conseillant de rentrer en France. J’ai pour ma part pris la décision de rester à Berlin, m’y sentant en sécurité et entourée.

Quelques mots sur mon sujet de thèse : le commentaire philosophique de l’oeuvre d’Adorno, représentant éminent de l’École de Francfort, prend d’année en année une importance croissante à l’université en France. Les chercheuses et chercheurs en philosophie politique et sociale et en philosophie allemande et germanophone, mais également les étudiant-e-s, en philosophie comme au-delà en sciences humaines, s’intéressent de plus en plus aux multiples aspects de sa pensée.

La philosophie de la musique, de la culture et de la littérature représente une partie importante de son œuvre, à part égale avec la philosophie sociale. Il a développé cette dernière en collaboration avec de nombreux autres penseurs d’envergure, qu’ils et elles appartiennent au « noyau dur » de la Théorie Critique de Francfort (comme Fromm, Horkheimer, Löwenthal, Neumann…) ou à un cercle plus large, avec lequels Adorno a été sa vie durant en débat plus ou moins amical (Benjamin, Bloch, Lukacs…). Les principales inspirations philosophiques d’Adorno sont kantiennes, hégéliennes et marxistes, mais il ne se limite pas à une lecture philosophico-philosophique de ces auteurs, bien que son œuvre maîtresse de 1966, la Dialectique Négative témoigne d’une lecture stimulante de ces philosophes, aussi originale qu’attentive à la lettre des textes et à la signification philosophico-sociologique de leur situation historique et politique.

Exilé aux Etats-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale, Adorno est le co-auteur de l’ouvrage désormais classique intitulé « The Authoritarian Personality[1] » publié au Etats-Unis en 1950, et il se fait connaître en Allemagne à son retour à Francfort en RFA par un ouvrage de « micrologie » sociologique et philosophique qui aura un succès inattendu en librairie, les Minima Moralia. Adorno figure pour la première fois en 2021 au programme de l’agrégation, puisqu’une partie de ce dernier ouvrage a été choisi par le jury de l’agrégation de philosophie pour figurer dans le programme de l’oral, dont une des épreuves consiste en une traduction et un commentaire philosophique d’une œuvre en langue étrangère.

J’ai entamé en mars plusieurs recherches aux archives, et j’ai pu, depuis trois semaines, les poursuivre, pour le moment seulement à « mi-temps » et sur rendez-vous. Les règles sanitaires que respectent scrupuleusement les archivistes stipulent que nous ne pouvons pas être plus de trois en même temps dans la salle de lecture, et que nous devons porter un masque lors des échanges avec elles, ainsi qu’en travaillant. Ce séjour s’est révélé particulièrement riche en découvertes et fructueux pour l’ensemble de mon travail, et je dois beaucoup à la disponibilité et à la gentillesse du responsable du fonds d’archives Adorno à Berlin, Michael Schwarz. Une large partie de ces recherches portent sur le concept de « personnalité » chez Adorno, qui est le sujet de ma thèse. Mais je consulte également les archives Adorno dans le cadre de plusieurs projets d’éditions, de manifestations scientifiques et de traductions dans lesquels je suis engagée avec des collègues de différents horizons, titulaires ou jeunes chercheurs et chercheuses à Nantes, Berlin, Nanterre et Paris.

Ma thèse comporte trois volets, qui chacun gagnent énormément à pouvoir s’appuyer sur des archives. La première partie de ma thèse a un double objectif, conceptuel et historique : il s’agit d’exposer la genèse et les enjeux de l’élaboration du concept de « personnalité autoritaire » dans une dialectique entre études empiriques et réflexions théoriques, ainsi que de suivre la façon dont Adorno a continué, dans sa production ultérieure, à faire référence au travail produit pendant l’exil américain. J’y expose comment il a tenu à diffuser les conclusions de la recherche sur la « personnalité autoritaire » mais également à en modifier certains paramètres et à adapter certains aspects en fonction des contextes historiques et nationaux dans l’Europe de l’après-45.

La seconde partie de ma thèse porte sur les écrits sociologiques et philosophiques où Adorno esquisse une critique philosophique du concept de personnalité, faisant référence à Kant, à Humbolt mais aussi à Hegel, au personnalisme français ainsi qu’aux expressions consacrées usités dans la société de l’Allemagne de l’entre-deux Guerres où il a grandi. Se demandant comment, à l’époque de l’individu « liquidé », le développement d’une personnalité est possible, il critique par exemple les récupérations réactionnaires de ce concept dans les notes d’un entretien encore inédit avec Becker[2] intitulé « Zur Ideologie der Unbildung » (1966). La catégorie philosophique de personnalité offre ainsi une perspective originale sur la critique de la subjectivité moderne, la dialectique de l’individu et du collectif, ainsi que sur la méthodologie philosophique d’Adorno.

La troisième partie de mon travail consiste à esquisser, à partir de cette double enquête, les concours de la personnalité « autonome », « majeure », « non-autoritaire », en un mot le portrait du sujet de la démocratie. Je défends ici l’idée d’une relative rupture que représente le retour en Allemagne dans la carrière d’Adorno. Non qu’il abandonne entièrement la critique de l’industrie culturelle et de la positivité idéologique propre aux sociétés capitalistes avancée, mais il se montre plus ouvert à l’idéal de la démocratie. La critique de celle-ci se reformule dans un contexte socio-politique qui le fait s’intéresser d’une part à l’éducation, d’autre part au rôle de la philosophie dans la formation d’un esprit critique exigent, en espérant que celles-ci puissent provoquer une transformation sociale à la fois profonde et d’envergure.

Un certain nombre de protocoles de cours inédits, mais aussi la possibilité de consulter l’ensemble des correspondances d’Adorno avec ses collaboratrices et collaborateurs, ses éditeurs, mais aussi les personnes qu’il a rencontré-e-s à la radio ou à la télévision, tout ceci me permet de retracer avec précision la diffusion du travail sur la personnalité autoritaire. Je m’intéresse également à un organisme radiophonique européen plurilingue désormais disparu, pour lequel Adorno a prononcé certaines de ses conférences en français. J’aimerais pouvoir aider, un fois de retour à Paris, le directeur des archives de Berlin, Michael Schwarz, à retrouver ce matériau inédit apparemment disparu. Pour un projet de traduction et d’édition déjà bien avancé que nous menons avec le Pr. A. P. Olivier (Nantes) à paraître aux Editions du Bord de l’Eau, je prévois de consulter, lors d’un prochain séjour, le matériau qui a trait de près ou de loin à l’éducation. Mes recherches me permettent non seulement d’étayer des intuitions, mais aussi d’espérer faire découvrir au lectorat francophone des textes inédits, directement prononcés par Adorno en français et en anglais.

Bien qu’il ne puisse pas se dérouler de façon aussi intensive et donc aussi exhaustive que prévu, c’est un véritable bonheur que de pouvoir de nouveau travailler aux archives. Je n’exclus pas de faire de nouveau appel à l’aide généreuse du CIERA dans l’année à venir pour compléter se travail, puisque je bénéficie d’une année de mise en disponibilité, qui me permet non seulement d’envisager sereinement l’écriture de ma thèse et une soutenance en 2021, mais également de séjourner de nouveau pour une durée moyenne à longue en Allemagne, à Francfort, Berlin, ou ailleurs.


[1]     La traduction française (uniquement des chapitres rédigés par Adorno) a été publiée chez Allia sous le titre Études sur la personnalité autoritaire, trad. d’Hélène Frappat, Paris, 2007.

[2]     Le Pr. Alain-Patrick Olivier et moi-même sommes en cours d’édition de nos traductions des entretiens d’Adorno avec Becker, publiés chez Suhrkamp sous le titre « Erziehung zur Mündigkeit » (Suhrkamp, 2003). Les matériaux inédits concernant ces échanges méritent l’attention si l’on veut retracer clairement une partie de l’itinéraire intellectuel d’Adorno à partir de son retour en RFA.


Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.