Séjour au Stefan Zweig Zentrum de Salzbourg: Une échappée en terre autrichienne entre deux confinements

par Marion Garot
Doctorante, Université Toulouse Jean-Jaurès
ED ALLPH@ / CREG

Dans le cadre de ma thèse, intitulée « Portraits d’Europe : Stefan Zweig et Joseph Roth face à l’Histoire », en cours depuis 2018 à l’Université de Toulouse Jean Jaurès, j’ai bénéficié d’une bourse de mobilité accordée par le CIERA afin d’entreprendre un séjour de recherche de deux mois en Autriche. Repoussé plusieurs fois en raison des aléas de la situation sanitaire, j’ai enfin pu partir pour Salzbourg en octobre 2021 et rejoindre pour quelques semaines le Stefan Zweig Zentrum, niché sur le Mönchsberg qui domine la ville autrichienne. Chaleureusement accueillie par les membres de l’équipe sur invitation de son directeur le Pr. Arturo Larcati, j’ai eu la chance de pouvoir travailler au sein d’un espace entièrement consacré à l’écrivain. J’eus de nombreuses discussions passionnées à propos de Zweig (1881-1942) et de ses œuvres, un accès libre à l’espace de travail et aux ressources du centre, tout en profitant de l’automne salzbourgeois, avant les premières neiges et entre deux vagues épidémiques.

Photo du bâtiment Edmundsburg, où se trouve le Stefan Zweig Zentrum, 2021, Salzbourg. Photographie : Marion Garot.

Hébergé au rez-de-chaussée de la très belle bâtisse du Edmundsburg datant de la fin du 17e siècle, le Stefan Zweig Zentrum partage les lieux depuis dix ans avec la Maison de l’Europe et le Salzburg Centre of European Union Studies. Dans le musée dédié à la vie et à l’œuvre de Stefan Zweig, les visiteurs qui grimpent jusqu’au centre (en gravissant à pied les 159 marches pour les plus courageux) ont accès à une exposition d’images d’archives ainsi qu’à des documents appartenant à l’écrivain. L’accent est mis sur ses années salzbourgeoises (1919-1934) mais toutes les étapes de la vie de l’écrivain sont documentées et répertoriées grâce à des photos, des stations audios, des livres, des manuscrits et des tapuscrits mis à la disposition des visiteurs. La vue imprenable sur la ville en contrebas avec ses dômes, le Kapuzinerberg (où vécut Zweig) et la rivière Salzach offre un cadre de travail tout à fait exceptionnel.

Vue depuis le Mönchsberg, Salzbourg, 2021. Photographie : Marion Garot.

La deuxième partie du centre, dédiée à la recherche, comprend une bibliothèque contenant de nombreuses anciennes éditions de ses œuvres dans plusieurs langues ainsi que les dernières parutions scientifiques sur l’écrivain, et l’on dispose d’un espace de travail partagé ouvert à toute l’équipe. Cette dernière est composée de doctorantes, d’une responsable administrative et scientifique, de membres permanents et de chercheuses et chercheurs associés, toutes et tous actifs et actives dans la production d’une activité scientifique importante.

L’édition et la réédition des œuvres de Stefan Zweig font par exemple partie des missions du centre. L’équipe travaille aussi depuis 2008 à la publication d’ouvrages collectifs sur l’actualité de la recherche internationale autour de l’écrivain. Une revue intitulée « Zweigheft » paraît deux fois par an, présentant des textes issus de problématiques actuelles de la recherche sur l’auteur, et rend compte des projets et des événements du Zweig Zentrum. Le centre s’investit aussi beaucoup dans la vulgarisation et l’accès au grand public : au cours de l’automne 2021, plusieurs événements regroupés dans un programme intitulé « Zweig Herbst. Zum 140. Geburtstag des Schriftstellers » proposait par exemple dans le café de la bibliothèque municipale des lectures d’extraits de texte de l’auteur, interprétés par des comédiens et comédiennes du théâtre régional de Salzbourg. Mon séjour coïncidait également avec la sortie du film réalisé par Philipp Stölzl tiré de l’œuvre Die Schachnovelle (1942). En partenariat avec un cinéma de la ville, le centre a organisé une projection en avant-première ainsi qu’une autre projection « privée » en présence du scénariste du film, Eldar Grigorian.

Programme du « Zweig Herbst. Zum 140. Geburtstag des Schriftstellers », organisé par le Stefan Zweig Zentrum, avec le soutien de Paris-Lodron Universität Salzburg, de la ville et du Land de Salzbourg, septembre-décembre 2021.

Toujours dans le cadre de cet « automne avec Zweig », le centre et son équipe m’a proposé de présenter mes recherches devant un parterre (virtuel, Corona oblige) de chercheurs mais aussi de personnes non issues du milieu académique. Ce fut une grande première pour moi, puisqu’il s’agissait de ma première conférence entièrement en allemand ! Entre angoisse et satisfaction de pouvoir me confronter au milieu universitaire autrichien, le soutien de mes collègues du centre m’a permis de relever ce défi.

Partir travailler dans un centre de recherches à l’étranger, c’est donc s’immerger dans une certaine dynamique de travail, s’adapter aux méthodes de l’équipe qui vous accueille, assister ou participer aux manifestations scientifiques. Le centre étant rattaché à l’université de Salzbourg et à ses bibliothèques, ces quelques semaines furent donc aussi celles d’un véritable marathon pour lire et ficher le plus d’ouvrages possible, accompagnés des maux de tête engendrés par un tel exercice.

Ce type de séjour est bien sûr l’occasion de rencontrer des chercheurs proches de votre sujet : ce fut l’une de mes grandes chances lors de ce voyage en Autriche. J’ai en effet profité du week-end prolongé en raison de la fête nationale (le 26 octobre) pour quitter Salzbourg et rejoindre Vienne, afin de revoir la belle capitale danubienne mais surtout pour passer du temps auprès de deux spécialistes non pas de Zweig mais de Joseph Roth (1894-1939), l’autre écrivain étudié dans ma thèse. Je connaissais Heinz Lunzer et Victoria Lunzer-Talos d’une précédente visite en 2018, avant le début de mon doctorat. Ils avaient déjà eu à l’époque la générosité de me recevoir chez eux, alors que je n’avais pas encore déterminé mon sujet de thèse et que je les avais contactés un petit peu « au culot ». Je retournais donc dans leur appartement viennois, toujours débordant de livres du sol au plafond, et nous avons discuté ensemble de Roth, de sa vie tourmentée et de son œuvre foisonnante durant toute une soirée, arrosée de vin du Tyrol et de charcuterie italienne. C’est aussi ça la recherche : des discussions informelles et animées entre différentes générations (les époux Lunzer consacrant leurs travaux de recherche à l’auteur depuis plus de quarante ans), entre partage d’anecdotes et transmission de savoir.

Ce séjour fut pour moi une expérience importante, d’un point de vue professionnel et humain. Cela m’a permis d’avancer dans mes recherches et dans la rédaction de ma thèse et de confronter mon travail à la communauté scientifique d’un autre pays. Partir à l’aventure au sein d’un laboratoire ou d’un centre de recherche à l’étranger, c’est l’occasion de découvrir de nouvelles perspectives et de prendre du recul sur son travail. Ce fut aussi l’occasion de rencontrer de grands chercheurs et de profiter de l’accueil autrichien, malgré les conditions particulières du contexte sanitaire (la fin de mon séjour ayant correspondu avec un nouveau confinement, après avoir tout de même pu profiter des célèbres marchés de Noël !). Bref, jeunes chercheurs et chercheuses, lancez-vous !


Das könnte dich auch interessieren …

Eine Antwort

  1. Marion Garot sagt:

    *Erratum : la rivière qui traverse Salzbourg est la Salzach, et non la Salzbach ! De plus, le Zweigheft paraît deux fois par an et non tous les mois. Pardon pour ces erreurs glissées dans le billet ! Grüsse aus Toulouse, M.G.

Schreibe einen Kommentar zu Marion Garot Antworten abbrechen

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.