Rapport d’expérience : démarche ERASMUS pour une étudiante non européenne pour un séjour en Allemagne (Halle an der Saale)

Par Mina TATEM SAHOUANE

 

J’ai toujours voulu faire un Erasmus en Allemagne. Je m’appelle Mina TATEM, d’origine algérienne j’ai 24 ans et je suis stagiaire à la bibliothèque de l’Institut historique allemand pour deux mois. J’ai eu mon Master en Algérie en langue et culture allemande et actuellement je suis en Master 1 parcours « Kulturwissenschaften » à l’université de Paris Nanterre. Pour la deuxième moitié du second semestre, l’université de Nanterre nous a proposé un séjour d’échange dans le cadre d’Erasmus en Allemagne après le stage. Moi personnellement j’ai toujours entendu dire qu’un séjour Erasmus n’est pas fait pour nous les Algériens et qu’on n’y avait pas droit. Mais en effet, tous les étudiants (quelle que soit leur nationalité) inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur ayant signé la Charte Erasmus pour l’enseignement supérieur peuvent demander à participer à un échange Erasmus. Étant étudiante de langue allemande, je sais que ça parait étonnant aux gens de dire « non, je n’ai jamais visité l’Allemagne ». Mais en Algérie ce n’était pas aussi facile de le faire, la seule destination qui était plus ou moins accessible pour nous était la France avec l’espoir d’y avoir plus d’opportunités. Je ne vous dis pas que c’était facile vu que les démarches que j’avais à faire en tant que « non Européenne » pour partir en Erasmus sont plus compliqués. Mais j’ai tenté ma chance et me voilà à préparer mes valises pour un séjour à Halle, à l’Université Martin Luther Halle-Wittenberg en Saxe-Anhalt. Commençons donc notre aventure.

Les inscriptions

Le choix des universités où partir dépend des accords de votre établissement d’accueil et de votre filière. C’est donc par le biais de votre université ou école que vous devez faire votre candidature. Pour cela on avait le choix entre Halle, Francfort/Oder, Tübingen et Salzbourg en Autriche. Au début, on était quatre à vouloir aller à Halle (ville la moins chère, ce qui est important pour nous les Maghrébins vu qu’on a un loyer à payer ici à Paris, on n’est plus chez nos parents), mais il n’y avait que trois places et bien sûr l’une d’entre nous a dû changer de destination. Une fois fait ce choix, il a fallu s’inscrire dans cette université et attendre l’acceptation. Et dans notre cas, vu que c’est programmé par notre université, il n y’avait pas moyen qu’on nous refuse. Jusque-là tout allait bien. Après quelque temps on a eu la lettre d’acceptation et il a donc fallu procéder aux inscriptions en ligne où il faut télécharger le « Bewerbungsformular » et le faire signer par le professeur responsable de votre formation, puis le téléverser sur le site de l’université d’accueil ou vous avez dû déjà créer un compte. Les démarches sont donc à réaliser en fonction des dates clés déterminées par votre établissement français. Vous pouvez vous renseigner auprès de votre université, sur la page dédiée aux échanges internationaux du site web ou directement au bureau des relations internationales. 

Aide à la mobilité

Parlons maintenant des aides financières. Le montant de la bourse de la Commission européenne versée dans le cadre du programme Erasmus+ varie en fonction du pays d’accueil, de la durée du séjour et du type de mobilité. Pour nous, les Algériens, on ouvre bien droit à une aide à la mobilité Erasmus d’un montant de 320 € par mois. Je pense que les Européens peuvent avoir une aide supplémentaire s’ils sont boursiers du Crous[1]. Mais il faut bien faire attention aux dates limites car dans notre cas, on a dû demander au responsable des relations internationales de nous réouvrir le site – fort heureusement il a accepté. On était si occupés par les inscriptions à l’université d’accueil qu’on a oublié la date limite de la demande.


Le Contrat de mobilité et le Learning agreement

Une fois l’inscription faite et l’aide à la mobilité accordée vous devez recevoir votre contrat de mobilité Erasmus que vous devez signer et renvoyer à votre université afin de le signer à son tour. Et il reste le Learning agreement à faire sur le site que votre université vous enverra. Il s’agit de choisir les cours qu’on désire suivre à l’université d’accueil mais il s’agit d’un choix provisoire, tout sera modifié une fois là-bas, on peut choisir d’autres cours si on veut. L’essentiel est d’avoir un taux de crédit équivalent à celui que votre université a précisé.

Frais d’inscription

Une petite précision que moi j’ignorais avant, c’est que vous devrez payer les frais d’inscription de l’université d’accueil même si c’est dans le cadre d’Erasmus et que c’est programmé par votre université. Cela n’a rien avoir avec le fait qu’on n’est pas européen – comme je le croyais – mais cette somme couvre des frais d’administration et le transport sur place. Donc ce n’est qu’en payant cette somme (241 € dans mon cas) que vous pouvez vous considérer comme inscrit et vous n’aurez donc pas à payer votre transport là-bas, la carte étudiante suffira. Elle vous permettra aussi de participer à quelques évènements gratuitement à ce que j’ai compris.

Assurance 

Je vous rappelle aussi qu’on a bien droit à une carte européenne d’assurance maladie qu’il faut demander sur son compte Ameli avant le séjour. Sinon vous aurez à payer votre assurance chaque mois en Allemagne – ce qui coûte 110 €.

Un visa est-il nécessaire ?

Après toutes ces démarches qu’on a tous fait de la même manière vient le moment de préparer son départ et c’est à ce moment-là que tout devient compliqué car contrairement à nos camarades français, qui ont déjà réservé leurs billets, moi je ne trouve toujours pas de réponse fiable à cette fameuse question qui m’a perturbée pendant plusieurs mois : Est-ce qu’on doit demander un visa ou pas en tant que « non-européen/e » ? Vous avez donc deux choix : soit vous demandez un visa, soit vous envoyez vos documents au responsable des relations internationales de l’université d’accueil, qui va les déposer sur la plateforme du ministère de l’immigration afin d’obtenir votre titre de séjour allemand avant votre départ.

Pour cela il y a quelques conditions à remplir. La première condition indispensable est que le titre de séjour français doit être valable pendant tout le séjour en Allemagne. Si ce n’est pas le cas, vous devrez demander un visa – et bien sur votre passeport doit être valide aussi. Deuxièmement, vous devez avoir des ressources suffisantes. Pour cela vous devez fournir une preuve de moyens financiers suffisants pour votre séjour qui s’élèvent à 861 € par mois. Et pour ce faire, vous avez deux choix : soit vous ouvrez un compte bloqué en mettant une somme de 861 € multipliés par le nombre de mois de votre séjour. Votre argent sera alors bloqué et versé mois par mois sur votre compte en Allemagne – chose que je n’ai pas pu faire. C’était un moment difficile, car je venais juste de régler le problème de mon titre de séjour qui expire en février (comme il n’était pas possible de le prolonger à temps, j’ai reçu de la préfecture un récépissé) et après tous ces efforts j’apprends que même si j’ai la somme nécessaire sur mon compte français, mon attestation de solde ne sera pas acceptée. J’ai donc opté pour le second choix, qui consiste à avoir une attestation de prise en charge faite par un proche et légalisée chez un notaire. Dans mon cas, c’est mon mari qui a pu me faire l’attestation – je le remercie au passage pour ce coup de pouce. La légalisation nous a coûté 120 €, mais sachez qu’il y’a des notaires moins chers. On n’a toutefois pas pu avoir un rendez-vous chez eux assez vite, car tous ces papiers doivent être envoyés un mois avant votre départ afin que votre dossier soit étudié et traité au plus vite.

Le logement

Pour le logement, j’ai effectué une demande sur le site de « Studentenwerk Halle » et au bout d’un mois j’ai reçu un mail d’attribution d’une chambre dans une collocation. La chambre est de 16 m2 et coûte 208 €. La collocation me va très bien vu que le premier but de ce séjour est d’améliorer ma langue allemande.

Buddy Program 

Le Buddy Program est un program qui met en relation un étudiant international avec un étudiant local afin de faciliter l’intégration des étudiants internationaux. Dans mon cas j’ai dû demander à l’office international un Buddy pour récupérer à ma place les clés de ma chambre car je n’aurais pas pu pas arriver avant la fermeture de la résidence.

Au final je voudrais dire que rien n’est impossible, et surtout pas le séjour d’Erasmus, quel que soit votre origine ou votre appartenance religieuse. Si vous êtes inscrits dans une université ou un établissement d’enseignement supérieur qui a signé la Charte Erasmus et que vous voulez tenter cette aventure, soyez patients et surtout ne lâchez rien. Le plus important est de bien vérifier ses papiers, que ce soit le titre de séjour ou le passeport, et toujours se renseigner à l’avance – ne laissez rien à la dernière minute. Comme ça, rien ne peut vous freiner pour atteindre vos objectifs !

[1] Pour plus d’informations sur des aides financières, vous pouvez vous renseigner par exemple ici : https://www.touteleurope.eu/economie-et-social/obtenir-une-bourse-pour-etudier-en-europe/.

Liens utiles 

https://www.etudionsaletranger.fr/erasmus-le-guide/blog 

https://erasmus-plus.ec.europa.eu/fr/possibilites/possibilites-pour-les-particuliers/etudiants/etudes-a-letranger 

https://www.touteleurope.eu/economie-et-social/partir-en-erasmus-informations-pratiques/

dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

More Posts


dhiparis

Teamaccount der Redaktion. Forschen – Vermitteln – Qualifizieren: Das DHI Paris ist ein zentraler Akteur international ausgerichteter historischer Forschung im Verbund der Max Weber Stiftung, Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland.

Das könnte dich auch interessieren …

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search