Deutsches Tagebucharchiv (Suggestion du jeudi)

Si les archives sont pour les historiens le principal outil de travail, elles sont loin d’offrir toutes les sources qu’un historien souhaiterait y trouver. Notamment les documents concernant la subjectivité des acteurs ne font pas objet d’une collecte systématique de la part des archives publiques, même si celles-ci peuvent conserver un certain nombre de témoignages personnels (voir par exemple ici l’inventaire de ce genre de sources dans les archives de la Rhénanie du Nord-Westphalie, division Westphalie). Quant aux archives privées, elles collectent ce type de sources surtout si elles concernent des personnalités d’exception – les témoignages de vie des personnes ordinaires sont plus rares et souvent dispersées. Le centre d’archives Deutsches Tagebucharchiv  (DTA) géré par l’association d’utilité publique du même nom et situé à Emmendingen en Bade-Wurtemberg, cherche à combler cette lacune en adoptant un point de vue un peu plus historique que celui de son équivalent français, l’Association pour l’autobiographie et le patrimoine autobiographique (APA), dont la perspective est plus littéraire. Fondé en 1998 et ayant fêté l’année dernière ses 25 ans d’existence, le Deutsches Tagebucharchiv rassemble actuellement 26 245 journaux intimes, livres de souvenirs et mémoires ainsi qu’un certain nombre de correspondances. Ces documents, par principe non-publiés, ont été rédigés par 5 626 auteurs (un peu plus d’hommes que de femmes), venant essentiellement d’Allemagne (4203), mais aussi de Suisse (64), de France (35), d’Autriche (25) et d’autres pays. Certains de ces documents sont richement illustrés comme le récit de voyage en Bavière et en Suisse effectué en 1837 de Carl August Wildenhahn qu’on découvre dans la Médiathèque du site. Le document le plus ancien du fonds est un calendrier annoté datant de 1760. Mais il y a dans le fonds aussi des documents très récents – la collection continue de s’enrichir, essentiellement à travers les dons des particuliers. Comme les journaux et lettres confiés aux DTA sont souvent écrits en Sütterlinschrift, une écriture de moins en moins familière au grand public, la première étape consiste à les transcrire. Une rubrique du site dédiée à l’atelier de transcription présente quelques exemples de pages transcrites et d’originaux.

Pour aider les personnes intéressées à exploiter cette importante collection, chaque document est répertorié dans une base de données, puis indexé, situé dans le temps et dans l’espace et pourvu d’un très utile résumé permettant de saisir à la fois les enjeux individuels et collectifs (catégories d’auteurs, appartenance aux groupes sociaux, situation biographique à l’origine du document) et d’inscrire les témoignages dans un contexte historique plus large. Les extraits de la base de données avec les résumés sont fournis gratuitement sur demande, une version abrégée (sans la notice) est accessible directement en ligne à travers le catalogue en ligne du DTA. Des recherches plus poussées peuvent être également effectuées, mais de manière payante. Actuellement, 22 % du fonds a pu être numérisé, mais ces documents numérisés, par définition confidentiels, ne sont pas accessibles en ligne et doivent être consultés sur place, tout comme les originaux papier qu’on peut consulter au siège du Deutsches Tagebucharchiv (une prise de RDV est nécessaire avant la visite). Le site du DTA donne toutefois déjà un premier aperçu de la collection et des catégories qu’on peut y distinguer  – on y voit par exemple un dossier sur les lettres des jeunes mariés avec quelques échantillons de textes, des journaux de voyage ou des journaux de guerre, des “livres d’amis” ou des livres illustrant des échanges de cercles épistolaires (Rundbriefe ou Briefkränzchen). Un échantillon plus large d’extraits un peu plus courts est proposé dans la partie “Coin de lecture“. Les divers témoignages réunis au DTA permettent différents types de recherche : des recherches en histoire sociale ou en histoire culturelle, en histoire des sensibilités, voire des mentalités, en histoire de l’éducation, histoire de la vie quotidienne et, bien sûr, en histoire tout court du XIXe et XXe siècle. On peut trouver ici des exemples des différentes recherches effectuées grâce aux fonds du DTA. Le site propose aussi une liste et parfois même des enregistrements d’émissions radio et TV réalisées grâce à ses fonds. Pour garantir la qualité scientifique, le DTA possède un comité scientifique composé d’universitaires de différentes disciplines (germanistes, historiens, philosophes, politologues). En 2023, le centre a accueilli la rencontre internationale de l’EDAC, European Ego-Documents Archives and Collections Network dont il est membre depuis la création de celui-ci en 2015. Le programme de cette rencontre se trouve sur le site du DTA, où l’on peut consulter aussi l’enregistrement d’une partie des conférences. Depuis 2019, le centre est classé comme un monument culturel de premier rang par l’État de Bade-Wurtemberg. En plus des visites guidées et des visites pour un public scolaire, le DTA propose des visites de son musée, dans lequel il présente actuellement sa troisième exposition.

À côté du Deutsches Tagebucharchiv, il faut mentionner aussi d’autres lieux où l’on conserve des témoignages personnels, par exemple les archives “Deutsches Gedächtnis”, une collection de ressources autobiographiques conservée par l’université d’enseignement à distance de Hagen, qui comprend des documents audiovisuels (interviews et témoignages, dont une partie est accessible en ligne), mais aussi une partie de la collection de l’écrivain Walter Kempowski, qui a réalisé à partir des années 80 une importante action de collecte de sources autobiographiques. Il ne s’agit toutefois que des photocopies d’une partie des documents rassemblés par l’écrivain, la totalité du fonds qu’il avait constitué étant conservée dans les Archives des autobiographies non-publiées et des photographies de la vie quotidienne fondées par lui dans sa maison à Nartum et hébergées actuellement par l’Académie des Arts de Berlin. Sur Walter Kempowski et son projet d’écriture, lié intimement au genre autobiographique, on peut lire la transcription d’une émission de la radio Deutschlandfunk à l’occasion de sa mort en 2007. Ses “Archives des biographies”, sa collection des photographies trouvées aux marchés au puces et ses archives personnelles sont répertoriés ici dans le catalogue de l’Académie des Arts de Berlin, une indexation par mots-clés permet d’effectuer une recherche thématique dans ce fonds. La collection, qui compte quelque 8 000 pièces, inclut, outre les textes autobiographiques datant des XIXe et XXe siècles, des cahiers d’écoliers, des bulletins des notes, des photographies, des testaments, des certificats, des catalogues de grands magasins ou de jouets, des histoires d’entreprises ou d’autres objets pouvant servir à étudier la vie quotidienne.



Citer ce billet
Kaja Antonowicz (2024, 26 janvier). Deutsches Tagebucharchiv (Suggestion du jeudi). Germano-Fil. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vocr

Kaja Antonowicz

Kaja Antonowicz ist Dokumentalistin. Sie arbeitet in der Bibliothek des Deutschen Historischen Instituts in Paris.

More Posts

Kaja Antonowicz

Kaja Antonowicz ist Dokumentalistin. Sie arbeitet in der Bibliothek des Deutschen Historischen Instituts in Paris.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search