Lecture : Zoom sur le Rhin illustré, un journal en français et allemand du début du 20ème siècle

 

par Juliette Bertin

Exemplaires du Rhin Illustré dans la bibliothèque de l’IHA. Photo: Juliette Bertin

En travaillant avec des périodiques archivés dans les souterrains de l’Institut historique allemand, un journal, datant du siècle dernier, à particulièrement retenu mon attention : Le Rhin illustré / Der Rhein im Bild, publié à Mayence de 1919 à 1920. Il présente la particularité d’être publié en français et en allemand, ce qui a éveillé ma curiosité. Quelles étaient les motivations liées à la publication de ce journal ? Que trouve-t-on dans un périodique franco-allemand d’après-guerre ? Ce journal est-il le fruit d’une politique de propagande mise en place par le gouvernement français ? Comment expliquer la parution d’un journal francophone à Mayence après-guerre ? S’en sont suivis alors des petites recherches pour en apprendre davantage sur ce périodique et une envie d’écrire un article de blog pour présenter ses spécificités. En tant qu’étudiante en Master de Kulturwissenschaften, ce petit travail de recherche m’a permis de me pencher sur l’interculturalité des régions frontalières et de l’occupation après la Grande Guerre, en particulier la vie politique et culturelle à Mayence sous l’occupation française, la vision des journalistes français sur la région du Rhin. Lire ce journal âgé de plus d’un siècle peut permettre de mieux comprendre les enjeux culturels, historiques et politiques franco-allemands de la région et le travail journalistique de l’époque, mais aussi de voir comment une certaine vision de la France et de l’Allemagne est véhiculée via des stéréotypes culturels.

L’article « Un peu de mode parisienne » rédigé par Juliette Lancret paru le 6 septembre 1919. Photo: Juliette Bertin

Sur un total de 70 éditions, l’IHA possède grâce au don de Serge Klarsfeld en 1998 à la bibliothèque de l’institut la quasi-totalité des numéros, du 1er le 10 mai 1919 au 68ème datant du 21 août 1920 (4 sont manquants). Avec un format de 45 x 29 cm et sur seulement 8 pages par numéro, le journal se présente certes avec une très bonne qualité des illustrations photographiques, mais restes-en deçà de la présentation de l’époque si on la compare aux revues grand public. Le prix augmente au fil du temps ; le journal passe de 30 Pfennig pour sa première parution à 1 Mark pour le dernier exemplaire. Tous les numéros ont par ailleurs été numérisés par la bibliothèque universitaire de Cologne et peuvent être consultés librement dans leur Digitale Sammlungen .

La ratification de l’Armistice le 11 novembre 1918 par les généraux allemands et les Alliés marque la fin officielle des combats. Le Traité de Versailles, datant du 28 juin 1919, confirme la défaite de l’Allemagne et prévoit, entre autres, l’occupation de la Rhénanie à partir de cette même année. Afin de mieux gérer la région occupée, le gouvernement français crée la Haute Commission interalliées des territoires rhénans basée à Coblence et dont le président a été Paul Tirard (1879 –1945). De plus, l’armée du Rhin regroupe 100 000 soldats français qui sont présents partout dans la région. Cette occupation est suivie par une politique de propagande, appelée « pénétration pacifique », qui comprenait entre outre des cours de langue française gratuits, la création d’écoles françaises ou la promotion de la culture et du mode de vie français((1)).

C’est dans ce contexte historique qu’est publié le Rhin illustré pour la première fois le 10 mai 1919 et ce tous les samedis, avec pour objectif « d’encourager l’esprit et le commerce rhénan. Intéresser le soldat français à la vie locale » peut-on lire sur la première page. Il s’adressait donc d’abord aux soldats de l’armée du Rhin mais on peut supposer qu’il était également destiné aux germanophones vivants dans la région, vue que les articles sont publiés en français et en allemand, parfois même en anglais. Certains sont rédigés dans les deux langues et donc traduits, d’autres présentent des contenus différents. Bien que certains articles traitent de questions internationales, la grande majorité se concentrent sur des faits régionaux et en relation avec la France. On y trouve des rubriques variées en se focalisant sur Mayence et ses alentours ; histoire, politique, culture, mode, sport ainsi que de la réclame, la boîte aux lettres, les éphémérides, une légende, des petits poèmes et une édition spéciale Noël le 20 décembre 1920. Ainsi, les soldats français pouvaient être au courant de l’actualité de la région et de la ville de Mayence en particulier, de l’offre culturelle, s’informer sur les coutumes locales et l’histoire, plus précisément liées à l’évolution de la présence française, tout comme se divertir. Outre que sa destination aux soldats français, ce journal était un moyen de promouvoir et de diffuser la culture et la langue françaises. À la lecture du premier numéro du Rhin illustré / Der Rhein im Bild figure un article intitulé Figures Nouvelles dont la version allemande est signée Hasso Rhenanus. L’auteur derrière ce pseudonyme constate que certains Rhénans emploient des expressions françaises à l’oral par exemple « allez » ou encore « tout de suite ». La présence des soldats français à Mayence pendant l’occupation exercerait donc une influence sur la langue orale. Rhenanus juge ce phénomène positif car il confirme que l’emploi du français est dû à  « l’irrésistible séduction des soldats français ». De plus, l’article décrit des Français nostalgiques des bistrots à l’atmosphère agréable contrairement aux Weinstuben allemandes qui étaient « pas toujours agréables ».

Extrait de l’article « Figures nouvelles » en français et en allemand. Photo: Juliette Bertin

Il serait intéressant d’étudier plus en profondeur ces descriptions très stéréotypées et encore présentes aujourd’hui, ainsi que les dénominations du « Boy », du « Poilu »  et du « Rhénan » qui figurent dans le même article. Bien que le Rhénan désigne l’habitant de la région, principalement germanophone, les termes « poilu » et « boy » sont d’abord utilisés pour le soldat français et américain, le dernier stationné dans les régions autour de Trèves et de Coblence qui étaient sous l’occupation américaine. Ces appellations semblent toutefois avoir une connotation plus large comme des surnoms stéréotypés pour désigner trois nationalités différentes présentes dans la même zone géographique. De manière générale, le portrait que dresse l’auteur des Français, des Allemands et des Américains n’est pas très nuancé et confirme les clichés. Ainsi, l’ingéniosité et l’esprit d’observation très affiné, les qualités attribuées aux poilus contrastent avec la soi-disant inexpérience et l’étonnement des Rhénans. Ces descriptions participent à la propagande mise en place par l’État français qui consiste à valoriser l’image du pays en l’embellissant et en accentuant les bénéfices que les soldats français sont en mesure d’apporter à la région.

Ce périodique est pertinent à étudier dans la mesure où il apporte des éléments pour comprendre les relations franco-allemandes d’après la Première Guerre mondiale, en particulier la vie politique et culturelle à Mayence sous l’occupation française et la vision française sur la région du Rhin. De plus, cette revue nous permet d’avoir un aperçu des stéréotypes culturels qui circulent entre la France et de l’Allemagne juste après la Première Guerre mondiale.

Deuxième numéro du Rhin Illustré. Photo: Juliette Bertin

Pour tous les spécialistes des relations franco-allemandes et les curieux et les curieuses d’histoire, le Rhin illustré vous attend dans la réserve de l’IHA !

[1] Nöldeke, Marion; Schlechter, Armin: Französische Kulturpropaganda in der Besatzungszeit 1918-1930, in: www.regionalgeschichte.net, URN: urn:nbn:de:0291-rzd-020824-20202012-7.



Citer ce billet
Juliette Bertin (2024, 28 février). Lecture : Zoom sur le Rhin illustré, un journal en français et allemand du début du 20ème siècle. Germano-Fil. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vx4s

  1. Nöldeke, Marion; Schlechter, Armin: Französische Kulturpropaganda in der Besatzungszeit 1918-1930, in: www.regionalgeschichte.net, URN: urn:nbn:de:0291-rzd-020824-20202012-7. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search