De l’Elektropolis à nos jours : Le site web du Berliner Zentrum Industriekultur bzi (Suggestion du jeudi)

Ville réputée à l’échelle internationale et souvent mythifiée, Berlin exerce aujourd’hui un pouvoir d’attraction considérable en tant que capitale de la musique électronique. Ce phénomène s’alimente de l’héritage riche et diversifié de la culture industrielle berlinoise, perpétuant ainsi son ancienne renommée comme métropole industrielle pour la transposer dans le domaine de la musique contemporaine. La reconversion des complexes industriels et la création d’espaces libres ont favorisé une réutilisation créative de ces bâtiments, donnant naissance à une scène florissante de clubs techno à Berlin. En tant que réminiscences culturelles, ils rappellent l’Elektropolis d’autrefois – la métropole de l’électrification industrielle.

Le club techno berlinois de renommée internationale Berghain est situé dans le bâtiment d’une ancienne centrale thermique construite dans les années 1950. Photo: Arne Müseler, CC-BY-SA-3.0, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Berlin_Berghain.jpg

La recherche sur le passé et le devenir du patrimoine industriel de Berlin sont au cœur des activités du Berliner Zentrum Industriekultur (bzi). Ce projet collaboratif de la Berliner Hochschule für Technik und Wissenschaft, de la fondation Stiftung Deutsches Technikmuseum Berlin, et de la Senatsverwaltung für Stadtentwicklung, Bauen und Wohnen est une référence centrale pour les chercheurs et chercheuses mais aussi pour les personnes intéressées par l’histoire industrielle de Berlin. En tant que centre de référence en histoire industrielle, le bzi ne se contente pas d’explorer l’histoire des divers sites berlinois, mais il interroge également leur utilisation contemporaine et leur adaptation pour la ville d’aujourd’hui et de demain. Il se veut une plateforme de dialogue entre les différents acteurs de la ville, tout en s’adressant à un large public à travers une variété de formats de médiation. Avec l’ambition de rendre le patrimoine industriel accessible et exploitable, le site web du centre propose une riche sélection de matériel d’information, majoritairement gratuit et présenté de manière attrayante pour permettre une découverte immersive et divertissante du passé et du présent de la culture industrielle berlinoise. Les événements variés annoncés sur le site, en partie organisés par le bzi, permettent des échanges professionnels et une participation active.

Une affiche publicitaire conçue par Peter Behrens pour l’entreprise AEG. Photo: Domaine public, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:1907_Peter_Behrens_Plakat_AEG-Metallfadenlampe.jpg

Une chronologie interactive offre une synthèse des grandes étapes de l’histoire industrielle de Berlin. Les moments clés peuvent être explorés à travers une frise chronologique interactive, illustrés par des graphiques et des photographies de l’époque. Cette frise met en lumière la phase de croissance industrielle du XIXe siècle, particulièrement marquante pour Berlin, stimulée par les innovations dans le domaine de l’électricité, lesquels ont entraîné une urbanisation et une densification massives de la ville. Alors que Thomas Edison présenta son ampoule électrique à Paris en 1881, son invention sera, comme nous l’apprenons ici, importée dès 1883 à Berlin par Emil Rathenau, avec la création de la Deutsche Edison-Gesellschaft für angewandte Elektricität. L’entreprise, qui prendra plus tard le nom de Allgemeine Elektricitäts-Gesellschaft (AEG), deviendra ainsi un acteur central de ce que l’on appelle la deuxième révolution industrielle, la révolution électrique, et jouera également un rôle pionnier dans le domaine de l’architecture et du design. Ainsi, la Turbinenhalle de Berlin-Moabit, construite par l’architecte Peter Behrens pour l’AEG et inaugurée en 1909, reflète la confrontation de l’industrie moderne avec la tradition à travers l’utilisation novatrice du béton, du verre et des structures en acier apparentes. À Berlin, cette période a vu émerger une architecture industrielle de plus en plus fonctionnelle et une culture du design caractérisée par un langage formel épuré, adapté aux impératifs industriels – contrairement à Paris, où le langage architectural était étroitement lié aux principes de la créativité artistique.

La Turbinenfabrik construite par l’architecte Peter Behrens pour l’entreprise AEG à Berlin-Moabit en 1909 présente les caractéristiques essentielles d’une architecture industrielle sobre et sans ornements. Photo: Doris Antony, CC-BY-SA-3.0, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Berlin_AEG_Turbinenfabrik.jpg

Aujourd’hui, les bâtiments industriels, les infrastructures associées, ainsi que les cités ouvrières érigées à proximité des usines témoignent du passé industriel de Berlin. La carte interactive du bzi, s’étendant sur la région environnante du Brandebourg, offre un panorama de ces nombreux édifices industriels et invite à une exploration virtuelle de leur histoire et de leur fonction actuelle. Les utilisateurs peuvent rechercher les différents sites selon des thématiques captivantes telles que « bière et pain », « électricité et énergie », « centrales de pouvoir », ou selon des catégories comme « monument », « musée », « gastronomie » ou « Lost Places ». Pour celles et ceux qui sont désireux/euses de découvrir les bâtiments sur le terrain, plusieurs itinéraires cyclistes thématiques sont proposés, disponibles aux offices de tourisme de Berlin, téléchargeable au format PDF ou gratuitement consultables via Komoot, planificateur d’itinéraires de plein air.

En plus de ses propres contenus résultant des recherches menées par le centre lui-même sur des sites spécifiques comme le projet « Gleisdreieck online », le bzi offre un accès à d’autres sources d’information. Parmi elles figure l’application gratuite berlinHistory App, une sorte de musée virtuel permettant d’explorer l’histoire de Berlin à travers les époques. L’application offre une riche collection de récits historiques, de photographies et de vidéos provenant des musées, fondations et archives de Berlin, de chercheurs et chercheuses et de collections privées. À signaler par exemple la reconstitution virtuelle du Anhalter Bahnhof et de l’Askanischer Platz, presque entièrement détruits pendant la Seconde Guerre mondiale.

Grâce aux ressources documentaires structurées et soigneusement présentées, le site web du bzi est une adresse utile à la fois pour les chercheurs et chercheuses en études urbaines et pour le grand public qui s’intéresse à l’histoire berlinoise. De la chronologie aux récits détaillés sur l’industrie, les diverses ressources disponibles sur le site contribuent à transmettre et à valoriser l’importance et la richesse du patrimoine industriel de Berlin, tout en stimulant la réflexion et en encourageant le débat sur son traitement contemporain et son évolution future.



Citer ce billet
Jonas Bleckmann (2024, 25 avril). De l’Elektropolis à nos jours : Le site web du Berliner Zentrum Industriekultur bzi (Suggestion du jeudi). Germano-Fil. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w9z2

Jonas Bleckmann

Jonas Bleckmann a fait ses études en Historical Urban Studies et en histoire. Dans sa mémoire de master, il a exploré les implications socio-spatiales de la production urbaine.

More Posts

Jonas Bleckmann

Jonas Bleckmann a fait ses études en Historical Urban Studies et en histoire. Dans sa mémoire de master, il a exploré les implications socio-spatiales de la production urbaine.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search