Archiv für alternatives Schrifttum (afas) – Archives d’écrits alternatifs (Suggestion du jeudi)

Ces dernières années, les mouvements alternatifs influencent plus que jamais le paysage social, tant au niveau national qu’européen.  Mais retracer les formes incroyablement hétérogènes, à travers lesquelles ceux-ci peuvent s’exprimer, constitue un défi pour les sciences historiques. Lorsqu’on se rappelle aujourd’hui l’histoire du mouvement alternatif en République fédérale d’Allemagne, on pense généralement à Mai 68 ou au mouvement anti-nucléaire. Mais c’est une multitude de mouvements sociaux éphémères qui s’est développée en RFA depuis 1945, avec des créations, des fusions et des dissolutions se succédant à un rythme très rapide marquant la scène politique. La conservation des textes et d’autres documents illustrant ces évolutions s’avère dans cette situation un véritable défi.

 Les Archives d’écrits alternatifs (afas) se consacrent depuis leur création en 1985 à la sauvegarde de ce type des sources en couvrant la période allant de 1945 à aujourd’hui. Basées à Duisbourg, les archives ont d’abord commencé par une collecte au niveau régional, mais aujourd’hui elles font partie des plus grandes « archives libres » d’Allemagne((1)) qui collectent des documents à l’échelle nationale. Leur objectif est de documenter l’histoire de l’ensemble des nouveaux mouvements sociaux (NMS)((2)) (voir la présentation des archives ici). Les afas sont soutenues entre autres par le ministère de la Culture et des Sciences du Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie ainsi que par le Landschaftsverband Westfalen-Lippe et elles constituent un point de départ incontournable pour tous les chercheurs qui étudient la scène alternative. Les archives possèdent non seulement une grande variété de sources telles que des revues, des livres et des tracts, mais aussi des objets plus surprenants tels que des textiles, des cassettes et d’autres articles de musée. Avec plus de 2000 mètres de rayonnages, les afas sont désormais les plus grandes « archives libres » d’Allemagne et proposent l’utilisation gratuite de bases de données, de revues et de brochures en ligne. La consultation de documents d’archives sur place est également gratuite. Moyennant une taxe de service, il est également possible de commander des scans ou des copies des textes non numérisés.

Les Archives d’écrits alternatifs sont en contact permanent avec l’Association des archivistes (VdA) et tentent d’attirer l’attention sur les lacunes dans la recherche sur les mouvements alternatifs et contestataires en mettant en évidence l’importance des « archives libres ». Depuis le début des années 2000, l’afas propose des ateliers réguliers sur les « archives d’en-bas ». Sur le site de l’afas, on trouve également un apercu d’autres archives et bases de données concernant les nouveaux mouvements sociaux qui mettent à disposition des documents, le plus souvent en ligne. On peut citer par exemple les archives de la Freie Universität Berlin ou les archives de la social-démocratie de la Friedrich-Ebert-Stiftung à Bonn, mais aussi des sites web plus spéfiques (comme le projet MAO ou les archives Magnus-Schwantje) qui donnent également accès gratuitement à de nombreux textes.

L’afas attache une importance particulière à l’archivage de nombreux document produits par les associations ou initiatives plus petites et considérées comme moins importantes. Sous le slogan «Ne jetez pas votre histoire!», les archives cherchent à inciter des particuliers qui ont participé dans les années 60 et 70 à des initiatives citoyennes, des groupes de quartier, des projets féministes, des groupes d’entreprise ou groupes d’apprentis et des organisations étudiantes alternatives à conserver des sources issues de cette activité qui peuvent s’avérer importantes. Chaque mois, les archives présentent également des trouvailles particulières, qui ont généralement un lien avec des mouvements alternatifs et aident à préserver leur mémoire.

En essayant de préserver les traces d’une histoire en apparence insignifiante et de présenter le passé du mouvement alternatif d’aujourd’hui, les Archives d’écrits alternatifs jouent un rôle important pour les chercheurs et le public intéressé. L’institution, dont l’existence est menacée depuis plusieurs années en raison de la diminution des subventions, contribue à perpétuer le souvenir des Nouveaux mouvements sociaux et à attirer l’attention sur leur importance pour l’Allemagne d’aujourd’hui.

  1. En Allemagne, il existe aujourd’hui environ 270 “archives libres” ou “archives d’en bas”, qui ont été fondées pour la plupart dans les années 80 et qui traitent de thèmes tels que le mouvement féministe, le mouvement 68, etc. []
  2. On peut qualifier de “nouveaux mouvements sociaux” l’ensemble des mouvements qui ont suivi les années 68. https://fr.wikipedia.org/wiki/Nouveaux_mouvements_sociaux []

Max Trauzettel

Max Trauzettel étudie l'histoire et les mathématiques à l'Université de Münster. Il a rédigé son thèse de baccalauréat sur le thème de la RAF et du radicalisme de gauche.

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Max Trauzettel (20 juin 2024). Archiv für alternatives Schrifttum (afas) – Archives d’écrits alternatifs (Suggestion du jeudi). Germano-Fil. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11v6g


Max Trauzettel

Max Trauzettel étudie l'histoire et les mathématiques à l'Université de Münster. Il a rédigé son thèse de baccalauréat sur le thème de la RAF et du radicalisme de gauche.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search